стр. 1
(всего 13)

СОДЕРЖАНИЕ

>>

ГАСТОН МОЖЕ
КУРС
ФРАНЦУЗСКОГО
ЯЗЫКА

В ЧЕТЫРЕХ ТОМАХ
ТОМ 4

Санкт-Петербург
2002
ИЗДАНИЕ ТРЕТЬЕ,
СТЕРЕОТИПНОЕ

ББК81.2.Фр
G. Mauger
COURSE DE LANGE
ET DE CIVILISATION FRANCAISES
Може Г.
M 74 Курс французского языка: В 4-х томах. 3-е изд., стер. Том 4./
Перевод Л. М. Цывьяна. - СПб.: Издательство "Лань", 2002. -
480 с. - (Учебники для вузов. Специальная литература).
ISBN 5-8114-0081-0
ISBN 5-8114-0095-0 (Том 4)
Учебник французского языка Г. Може предназначен для изуче-
ния французского языка как самостоятельно, так и с преподавате-
лем. Его основная цель - не только дать читателю основы безуп-
речного французского языка, но и приобщить его к богатствам фран-
цузской культуры и цивилизации.
Учебник состоит из 4 томов. Вслед за 1-м томом ("Первые шаги
по Франции: начальные понятия о французском языке") читателю
предлагается 2-й том ("Франкофонные страны: французский язык в
экономике и социальной жизни"), 3-й том посвящается Парижу и
различным аспектам французского языка и помогает читателю луч-
ше понять последний, 4-й том: в нем содержатся отрывки из произ-
ведений французских писателей.
ББК81.2.Фр
Оформление обложки
С.Л.ШАПИРО, А. А. ОЛЕКСЕЯКО
Охраняется законом РФ об авторском праве.
Воспроизведение всей книги или любой ее части
запрещается без письменного разрешения издателя.
Любые попытки нарушения закона будут
преследоваться в судебном порядке.
(c) Издательство "Лань", 2002
(c) Л. М. Цывьян, перевод, 2002
(c) Издательство "Лань",
художественное оформление, 2002

ПРЕДИСЛОВИЕ
Когда мы разрабатывали предварительный план нашего учебника,
то предложили дополнить три "методические" тома общим обзором
французской культуры, составленным из отрывков произведений
лучших писателей, и представить нашим коллегам-преподавателям
сборник текстов, пригодных для объяснений и комментария. Мы так-
же хотели вначале сгруппировать эти тексты по разделам в новом по-
рядке: "Франция", "Париж", "Женщина во Франции", "Проза",
"Поэзия" и т.д.; предварять каждый такой раздел кратким вступлени-
ем, резюмирующим историческую эволюцию, а также представляю-
щим современное состояние вопроса; каждый текст вводить краткой
справкой, объясняющей его место и значение; наконец, снабдить его
многочисленными примечаниями (составленными специально для
иностранцев).
Насколько это удалось, судить нашим читателям...
Они увидят, что этот том состоит из двух весьма отличных друг от
друга частей, что позволит разделить работу с ним на два цикла, или,
если будет такое желание, на два года. Часть первая "Франция и
французы" даст реальное представление о нашей стране, о природных
условиях и людях, населяющих ее. Часть вторая "Французская интел-
лектуальная традиция" - это философия, литература, искусство...
Нам бы хотелось, чтобы читатель почувствовал все разнообразие этих
текстов, в значительной степени современных; ощутил все духовное
богатство Франции - ведь в ней так много выдающихся индивидуаль-
ностей! Это вечный, бесконечно нюансированный диалог между крас-
норечием и мечтой, точностью и зыбкостью, улыбкой и чувством.
Приходит на память немецкий офицер из веркоровского
"Молчания моря", который, разговаривая со своими французскими
хозяевами, в чьем доме он поселился по праву победителя и оккупан-
та, вспоминает имена великих писателей, представляющих нацио-
нальные литературы: "Англичане... на мысль тут же приходит: Шек-
спир. Итальянцы: Данте. Испания: Сервантес. У нас сразу же: Гете.
Дальше уже надо искать. Но вот произносишь "Франция". Кто пер-
вым делом вспоминается? Мольер? Расин? Гюго? Вольтер? Рабле?
Кто-то еще? Они теснятся, точно толпа у дверей театра..."
Подобное разнообразие, как неоднократно отмечал Андре Жид,
превращается в единство: "Есть ланды суровей, чем в Бретани,'паст-
3

бища зеленей, чем в Нормандии, скалы горячей, чем в окрестностях
Арля, взморья куда более хмурые, чем на Ла-Манше, и куда лазурнее,
чем на нашем юге. Но Франция объединяет в себе все это. И потому
французский гений - не лесной, и не равнинный, не сумрачный и не
светозарный, но организует и сливает в себе в гармоническом равно-
весии все эти разнообразные элементы".
Само собой, мы не обольщаемся, будто нам удалось сказать все,
полностью раскрыть вклад Франции, духовный и материальный,
в мировую цивилизацию. Чтобы не злоупотреблять примерами, нам
достаточно будет упомянуть нашу широко развитую дорожную сеть,
которая существует уже многие века, высочайший уровень работы
нашей почты и системы телекоммуникаций, наши железные дороги,
самолеты, наши трансатлантические суда... Наверное, все-таки есть
смысл припомнить об этих достижениях в предуведомлении к книге,
которая отнюдь не является апологией.
И да будет нам позволено упомянуть еще о двух соображениях.
Боязнь чрезмерно раздуть эту книгу принудила нас к суровым ог-
раничениям. Мы вынуждены были установить и свято соблюдать
следующее правило: включать во вторую часть тома лишь тех писа-
телей, которые не были представлены в других частях учебника. Так,
в главе "Французская поэзия" нет Мюссе, который уже представлен
двумя отрывками в первой части; точно так же Жан-Жак Руссо при-
сутствует во "Французской прозе", но его нет в "Философии". Так что
пусть нам простят подобные, быть может, крайне огорчительные, но
намеренные пропуски и поверят, что мы в своем отборе никогда не
руководствовались пристрастиями или какими-либо сторонними со-
ображениями.
И еще: мы в нашей книге с огромным удовольствием представили
бы некоторых поэтов и прозаиков, которые в наше время оказывают
честь французскому языку, создавая на нем произведения в Бельгии,
Швейцарии, Канаде, на острове Св. Маврикия, в республике Гаити.
Там существуют значительные имена и значительные произведения.
Но наша книга посвящена Франции и ее писателям, и мы поставили
за правило включать в нее авторов, которые обязаны лучшими своими
творениями своему таланту и стране, где они были рождены.
Г. Мазке

ОГЛАВЛЕНИЕ
ЧАСТЬ ПЕРВАЯ: ФРАНЦИЯ И ФРАНЦУЗЫ
I. Области Франции 11
Les trois versants francais (Andre Siegfried) 14
Le printemps en Bretagne (Chateaubriand) 15
...Et l'automne dans le Midi (Colette) 16
L'Ile-de-France (Emile Henriot) 17
La Touraine, jardin de la France (Vigny) 19
Le Havre (Andre Siegfried) 20
Nostalgie de la Flandre (Albert Samain) 22
Adieux a la Meuse (Charles Peguy) 23
Les Alpes (Frison-Roche) 25
Le Massif Central (Jules Romain) : 26
La foire de Banon (Jean Giono) 29
En Languedoc, Uzes (Andre Gide) ". 31
La pastorale d'Ossau (Francis Jammes) 33
Malagar (Francois Mauriac) 35
II. Париж 37
Le paysan de Paris chante (Aragon) 39
En longeant les quais (Anatole France) 42
Saint-German-des-Pres (Leo Larguier) 43
Montparnasse (Jules Romain) 45
Monmartre (Andre Maurois) 46
Au jardin des Tuileries (Marcel Proust) 47
A Belleville (Eugene Dabit) 49
III. Французская нация 51
Vercingetorix (Camille Jullian) 53
Saint Louis rend la justice (Joinville) 55
Jeanne d'Arc, ou le refus d'abdiquer (Thierry Maulnier) 56
Henry IV, le roi tolerant (J. et J. Tharaud) 59
Richelieu et "les ennemies de l'Etat" (Alfred de Vigny) 61
Louis XIV, protecteur des sciences et des letters (Voltaire) 63
Origine de "La Marseillaise" (Lamartine) 66
La legende napoleonienne (Victor Hugo) 68
Le 24 fevrier 1848 (Gustave Flaubert) 70
Fidelite dans la defaite (Maurice Barres) 73
Blesses en 14 - 18 (Paul Vialar) 75
5

Liberte (Paul Eluard) 78
Une Chretiente en marche (Georges Bernanos) 81
IV. Французы 84
Contradictiones francaises (Pierre Daninos) 85
Fonds celtique et fonds latin (Andre Siegfried) 86
L'honnete homme (Pierre Gaxotte) 88
L'esprit de Voltaire (Leon Treich) 90
Marche-a-terre, le chouan (Honore de Balzac) 92
Mort de Gavroche (Victor Hugo) 94
Tartarin de Tarascon (Alphonse Daudet) 97
La poignee de main francaise (Marc Blancpain) 98
Le culte des "idees" (Andre Maurois) 99
Solitude et grandeur de la France (M.-E. Naegelen) 101
V. Нравы и обычаи 103
Candidat a l'habit vert (R. De Fiers et Caillavet) 105
Le salon de l'Arsenal (Alfredde Musset) 106
La partie des cartes (Marcel Pagnol) 108
De la gastronomie (Brillant-Savarin) 110
Le dejeuner de Sousceyrac (Pierre Benoit) 112
Presentation d'une "collection" (Maurice Druon) 115
La farandole (Alphonse Daudet) 118
La fin d'un Tour de France (Colette) 119
Le Tour Paris (Maurice Druon) 121
Paris et la province (Francois Mauriac) 123
A Combray (Marcel Proust) 125
VI. Женщина во Франции 128
Madame Geoffrin (Louis Gillet) 130
Mimi Pinson (Alfred de Musset) 131
Detresse de Madame Bovary (Gustave Flaubert) 133
Soucis d'une grand-mere (Andre Gide) 134
Ballade de Florentin Prunier (Georges Duhamel) 136
A la fonderie (Simone Weil) 138
Hommage a Colette (L.-P. Fargue) 139
Mes "38 heures" (Maryse Bastie) 141
VII. Образование 145
Pour une tete "bien faite" plutot que "bien pleine" (Montaigne) 147
Emile a quinze ans (Rousseau) 148
6

Le retour du grand Meaulnes (Alain-Fournier) 150
Une "explication" de Phedre (Paul Guth) 153
L'enseignement technique (A. Buisson) 156
A l'Ecole polytachnique (Jean Paulhac) 158
Monsieur Bergson au College de France (J. et J. Tharaud) 160
VIII. Религия 162
Saint Bernard (Henri Pourrai) 164
Saint Vincent de Paul (Henri Lavedan) 165
L'abbe Jeanne (Jules Romains) 167
Vocation des carmelites (Georges Bernanos) 169
L'esprit de Port-Royal (Sainte-Beuve) 170
Vieux protestants du pays cevenol (Andre Gide) 172
Un anticlerical: le pharmacien Homais (Gustave Flaubert) 174
IX. Общественная жизнь 176
De la separation des pouvoirs (Montesquieu) 178
Les partis politiques (R. Lacour-Gayet) 180
Pourquoi je suis radical-socialiste (Edouard Herriot) 182
Jaures dans un meeting (Roger Martin du Gard) 184
Memoirs de guerre du general de Gaulle 185
Comment on forme un ministere (Jules Romains) 187
Manifestation de grevistes (Maxence Van der Meersch) 189
Consignes a de jeunes journalistes (Jean Prevost) 191
Une condamnation a mort (Albert Camus) 194
X. Трудовая Франция 197
Les ouvriers de l'ancienne France (Charles Peguy) 199
L'industrie francaise au XXe siecle (Andre Siegfried) 200
Le serrurier (Georges Dunamel) 202
Du beau ble (Jean Giono) 203
Un fonctionnaire peu zele (Georges Courteline) 205
Crainquebille et l'agent 64 (Anatole France) 207
Rivalite d'industriels (AndreMaurois) 209
Pour une medecine humaniste (Rene Leriche) 211
Pilote de ligne (Saint-Exupery) 213
L'homme de theatre (Jean-Louis Barrault) 215
XI. Франция в мире 218
Jacques Cartier remonte le Saint-Laurent (Edouard Peisson) 220
Une science francaise: la speleology (Norbert Casteret) 222
7

Le vol historique de Louis Bleriot (Louis Bleriot) 224
Maurice Herzog et Louis Laehenal a l'Annapurna (M. Herzog) 226
S. de Brazza ou le pere des esclaves (Rene Maran) 229
La pere Charles de Foucauld (Daniel-Rops) 231
Ferdinand de Lesseps (Rene Jeanne) 233
Hesitations de Pasteur (Pasteur Vallery-Radof) 235
Les freres Lumiere (Henri Kubnick) 237
Patience de Marie Curie (Eve Curie) 240
Le prince de Broglie (Pierre de Latil et Jacques Bergier) 241
La vocation francaise (George Duhamel) 243
ЧАСТЬ ВТОРАЯ: ИНТЕЛЛЕКТУАЛЬНЫЕ
ТРАДИЦИИ ФРАНЦИИ
XII. Французский язык 246
La chanson de Roland. La mort de Roland 248
La langue du XVIe siecle. L'art de voyager (Montaigne) 250
Vaugelas et le beau langage. (Moliere) 252
Le francais, lange universelle (Rivarol) 258
La revolution romantique (Victor Hugo) 260
La lange d'oc. La coupe (Frederic Mistral) 262
Le patois paysan. (Roger Martin du Gard) 263
L'argot. Un curieux pique-nique (Edouard Bourdet) 265
XIII. Французская поэзия 268
Ballade des pendus (Francois Villon) 270
Mignonne, allons voir si la rose (Pierre de Ronsard) 271
Las, ou est maintenant (Joachim du Bellay) 273
La jeune veuve (La Fontaine) -. 274
L'art d'ecrire (Boileau) 276
La jeune Tarentine (Andre Chenier) 277
Le lac (Alphonse de Lamartin) 279
La maison du berger (Alfred de Vigny) 281
Elle avait pris ce pli (Victor Hugo) 283
Fantaisie (Nerval) 284
Fumee (77г. Gautier) 285
L'invitation au voyage (Charles Baudelaire) 286
Art poetique (Paul Verlaine) 288
Ma boheme (Arthur Rimbaud) 290
Le vierge, le vivace (Stephane Mallarme) 291
Priere pour aller au paradis avec les anes (Francis Jammes) 292
Le cimetiere marin (Paul Valery) 294
8

Le pont Mirabeau (Guillaume Apollinaire) 297
Le jeu de construction (Paul Eluard) 298
Je vous salue ma France (Aragon) 299
Pour toi mon amour (Jacques Prevert) 301
Le chat et l'oiseau (Jacques Prevert) 302
Le pelican (Robert Desnos) 303
Dernier poeme (Robert Desnos) 304
XIV. Французская проза 305
Le jugement du fol (Rabelais) 307
Reflections et maximes (La Rochefoucauld) 308
La mort de madame (Bossuet) 3 10
Acis, le diseur de phebus (La Bruyere) 311
Le bucher (Voltaire) 312
Reverie au bord du lac (Jean-Jacques Rousseau) 314
Une soiree a la campagne (Stendhal) 315
Victor, le naveu de Felicite (Gustave Flaubert) 318
Le retour (Guy de Maupassant) 321
La madeleine (Marcel Proust) 327
Rupture (Francois Mauriac) 329
Les enfants terribles (Jean Cocteau) 332
Une nuit extraordinaire (Jean Giono) 335
Le passe-muraille (Marcel Ayme) 338
Un meurtre (Albert Camus) 341
XV. Театр во Франции 343
Le jeu d'Adam 345
Polyeucte ll, ll(Corneille) 347
Tartuffe I, IV (Moliere) 352
Phedre, II, V (Racine) 354
Le jeu de l'Amour et du Hazard, I (Marivaux) 360
Le Barbier de Seville, I, II (Beaumarchais) 364
La Premiere d'Hernani (madam V.Hugo) 368
Fantasio, I, II (Alfred de Musset) 370
Les Corbeaux, IV, VI (Henry Becque) 372
Partage de Midi (Paul Clodel) 376
La Guerre de Troie n'aura pas lieu, II, XIII (Jean Giraudoux) 378
Knock, III, VI (Jules Romains) 380
Les Temps difficiles, IV (Edouard Boudret) 382
Les Nuits de la Colere, II (Armand Salacrou) 386
Le Maitre de Santiago, I, IV (Henry de Montherlant) 389
Antigone (Jean Anouilh) 391
9

XVI. Французские мыслители 395
Un sceptique (Montaigne) 398
En lisant dans le grand livre du monde (Descartes) 399
Dieu sensible au c?ur (Biaise Pascal) 401
De l'esclavage des Negres (Montesquieu) 403
Autorite politique (Diderot) 404
Melancolie de Rene (Chateaubriand) 406
De l'individu a l'humanite (Ernest Renan) 408
Socialisme et charite (Charles Peguy) 410
Etre toujours tout entier disponible (Andre Gide) 411
Civilisation (Georges Duhamel) 413
Le cure de Torcy (Georges Bernanos) 414
La condition humaine (Andre Malraux) 417
L'enfer, c'est les autres (Jean-Paul Sartre) 419
XVII. Французское искусство 422
L'art gothique: La cathedrale de Chartres (J.-K. Huysmans) 425
L'architecture de la Renaissance: Les chateaux de la Loire (Ch. Peguy) 427
Versailles. La semaine des arbres a Versailles (Henri de Regnier) 429
L'architecture au service de l'homme (Le Corbusier) 430
Auguste Rodin. Les bourgeois de Calais (Octave Mirbeau) 432
Notes sur Antoine Bourdelle (Claude Aveline) 433
Watteau (Albert Samain) 435
Melancolie de Delacroix (Baudelaire) 437
Daumier (Andre Suares) 438
Sur un portrait de Berthe Morisot par Manet (Paul Valery) 439
Les nympheas ou les surprises d'une aube d'ete (Gaston Bachelard) 441
Propos (Georges Braque) 443
Une tournee de Berlioz en Europe Centrale (Guy de Pourtales) 445
Georges Bizet: Defence de "Carmen" (Francois Mauriac) 448
Claude Debussy: Prestiges de Pelieas (Andre Suares) 451
Le groupe des Six (Francis Poulenc) 453
Un cineaste francais: Rene Clair (Francoise Giroud) 456
"Fluctuat nec mergitur" (Andre Gide) 460
XVIII. Новые голоса 463
"La femme rompue" (Simone de Beauvoir) 464
"Plus jamais" (Louise de Vilmorin) 466
"Bonjour, ete" (Francoise Sagan) 468
"Pour preparer un ?uf dur (Eugene Ionesco) 471
"Le voyage de Mercier et Camier" (Samuel Becketi) 473
"Conversation" (Jean Tardieu) 475
"Les rendez-vous romains" (Michel Butor) 476
10

ЧАСТЬ ПЕРВАЯ
Франция и французы

I. Области Франции
По площади (551 000 кв. км) Франция превосходит все страны За-
падной Европы. Тем не менее она не может соперничать в этом отно-
шении ни с Соединенными Штатами, чья территория в шестнадцать
раз превышает ее, ни с Россией, которая вообще занимает почти шес-
тую часть земной суши. Если же говорить о населении -(сорок три
миллиона человек), то тут она оказывается на еще более скромном
месте и даже в Европе стоит лишь пятой, уступая России, Германии,
Англии и Италии.
Страна средних размеров, во всяком случае в мировом масштабе,
Франция не обладает никакими бросающимися в глаза чертами, кото-
рые с первого взгляда позволили бы выделить ее среди других; по
очертаниям, достаточно спокойным и плавным, она вполне вписыва-
ется в почти правильный восьмиугольник; расположена она между
41 и 51 градусами северной широты, т.е. находится в зоне умеренного
климата; если посмотреть на ее границы, то можно сказать, что она
является государством одновременно морским и континентальным; в
системе ее рек, достаточно плотной, нет ни одной, которая в длину
превышала бы тысячу километров; с точки зрения рельефа она явля-
ется страной равнин и плато, а под землей, покрытой богатой расти-
тельностью, таятся важные полезные ископаемые.
Франция не обладает какими-либо резко проявленными харак-
терными чертами, которые позволили бы определить ее несколькими
словами, она разнообразна и многообразна. Посмотрите, к примеру,
на ее берега: нет ничего общего между дюнами на мысе Гри-ме и ме-
ловыми скалами Пей де Ко, между армориканскими рифами и бес-
крайними песчаными пляжами в Ландах, между арлезианской лагуной
и обрывами Эсгереля. То же можно сказать о горных массивах; такие,
как Юра, Вогезы, Центральное плато изъедены эрозией, ни одна
12

вершина там не достигает двух тысяч метров; зато Пиренеи и Альпы
ощетинились высокими, неприступными пиками. Равнины также от-
личаются исключительным разнообразием: здесь пахотные земли, там
луга, тут леса, а тут ланды и маки, то есть заросли кустарников. Край-
не многообразны породы деревьев: в лесах растут дубы, грабы, ясени,
березы, сосны, ели; в садах, на лугах - яблони, груши, сливы, вишни,
а в Провансе еще и оливы. Если во Фландрии и Пикардии выращи-
вают свеклу, а в Босе и Бри пшеницу, то в Бретани можно увидеть
гречиху, в Эльзасе хмель, в Стране басков кукурузу. Виноград хорошо
растет не только на юге, его увидишь по всей долине Луары, в Бур-
гундии, на холмах, что высятся над Мозелем и Роной...
Хотя во Франции есть угольные шахты на севере и в Па-де-Кале, а
в Ландах и Пиренеях недавно появились первые нефтяные вышки,
достаточных источников энергии у нее все-таки нет. Зато она строит
плотины, которые дают огромное количество гидроэнергии. Кроме
того, в Лотарингии и Нормандии она добывает столько железной ру-
ды, что является вторым в мире производителем ее; богатейшие зале-
жи бокситов, сырья для производства алюминия, находятся в депар-
таменте Вар.
Отметим также, что рыболовство, которым занимаются по всему
трехтысячекилометровому побережью, дает ей значительное коли-
чество весьма ценных пищевых продуктов. А реки и каналы, пересе-
кающие ее во всех направлениях, позволяют, с одной стороны, дос-
тавлять в многочисленные порты излишки произведенных в ней про-
дуктов, с другой же, перевозить внутрь страны те товары, которые ей
приходится импортировать.
Совокупность всех этих особенностей стала причиной того, что
географы, экономисты, путешественники и вообще все, кто имел воз-
можность близко с ней познакомиться, определяют Францию как
страну многообразия и равновесия, умеренности и гармонии.

LES TROIS VERSANTS FRANCAIS
Comme toute autre nation, la France doit l'essentiel de son destin a sa position
et a sa configuration geographiques. C'est ce qui amene ANDRE SIEGFRIED, au
seuil d'une etude sur le caractere francais, a preciser d'abord les aspects
fondamentaux, ou, comme il dit, les trois versants qui ont determine la triple
vocation de son pays.
La France a trois versants1 et, du fait de cette triple orientation, elle est
a la fois occidentale, continentale, mediterraneenne. Il en resulte un
equilibre original et peut-etre unique.
Par son front atlantique, elle regarde vers le dehors, avec une fenetre
ouverte sur le grand large: elle subit de ce fait des attractions2 extra-
continentales, la tentation des aventures lointaines. Cette France maritime
(...) appartient au groupe liberal des civilisations anglo-americaines et c'est
sous cet aspect qu'elle apparait authentiquement occidentale. Le vent
d'ouest persistant qui souffle sur ses rivages lui apporte bien autre chose
que la douceur humide et purifiante de l'ocean.
En revanche, en tant que continentale, elle tient a l'Europe par un lien
de chair impossible a rompre, bien differente en cela de l'insulaire
Angleterre. Toute la bande orientale du pays, celle qui dans le partage de
Charlemagne echut a Lothaire', est deja d'Europe centrale, par nombre de
traits, geographiques ou moraux, ne pouvant echapper a l'observateur. De
ce point de vue, nous ne sommes plus atlantiques, mais continentaux,
terriens, essentiellement europeens. Toute l'histoire, ancienne et recente,
impose cette conclusion qu'il n'y a pas de France sans Europe, mais qu'il ne
peut davantage y avoir d'Europe sans la France. C'est une piece indispen-
sable de tout systeme continental*.
Par son front mediterraneen enfin, la France est en contact immediat
avec l'Afrique, l'Asie, l'Orient, l'Extreme-Orient, c'est-a-dire, dans l'espace,
avec un monde exotique et prestigieux, et, dans le temps, avec le passe le
plus illustre de l'humanite. On sait l'unite fonciere de la Mediterranee;
partout elle est la meme, de Marseille a Beyrouth, de Smyrne a Barcelone.
Nous nous apparentons ainsi a des societes qui ne nous sont plus contem-
poraines, a des formes de culture que l'Europe nordique estime lui etre
etrangeres, mais auxquelles une secrete sympathie nous relie. Alors que
notre paysan est si loin de l'entrepreneur de culture mecanise du Nouveau
Monde, on peut lui trouver quelque ressemblance avec le cultivateur
chinois. Les "planches"4, les "restanques"5 de notre Riviera6 refletent le
14

patient labeur de generations innombrables: ces terrasses artificielles
evoquent une humanite eternelle, echappant aux revolutions du temps**.
ANDRE SIEGFRIED. L'Ame des Peuples (1950).
Примечания:
1. Букв, склоны (в частности, горной цепи). Так, например, у Альп различают
французский и итальянский склоны. Здесь это слово используется в обобщенном
смысле. 2. Au sens etymologique: des attirances - Соблазны. 3. Лотарь I (ок.799 -
855) - внук Карла Великого, сын Людовика Благочестивого. Побежденный своими
братьями Людовиком Германским и Карлом Лысым, вынужден был согласиться на
раздел империи, созданной дедом. По этому разделу ему досталась центральная ее
часть, включающая Лотарингию и Италию. 4. Цветочные или овощные грядки.
5. Искусственные террасы, устроенные с помощью каменных подпорных стенок на
склонах холмов для посадки растений. 6. Часть средиземноморского побережья
Франции от Ниццы до границы с Италией.
Вопросы:
*Que pensez-vous de cette affirmation? Et considerez-vous la France comme une
puissance plutot atlantique ou plutot continentale?
**Cherchez dans l'histoire (le France des faits qui illustrent la triple orientation definie
dans cette page.
LE PRINTEMPS EN BRETAGNE...
Situee a mi-chemin du Pole et de l'Equateur, soumise a l'influence adoucis-
sante des mers qui l'entourent, garantie des froids excessifs par les montagnes
qui la protegent a l'est, la France beneficie, dans son ensemble, d'un climat
essentiellement tempere.
Aussi, malgre des differences evidentes, retrouve t-on une semblable lumiere,
une meme ardeur de vie dans des provinces aussi eloignees l'une de l'autre que
la Bretagne et la Provence.
Le printemps, en Bretagne, est plus doux qu'aux environs de Paris et
fleurit trois semaines plus tot. Les cinq oiseaux qui l'annoncent,
l'hirondelle, le loriot, le coucou, la caille et le rossignol, arrivent avec des
brises qui hebergent' dans les golfes de la peninsule armoricaine. La terre
se couvre de marguerites, de pensees, de jonquilles, de narcisses, d'hya-
cinthes, de renoncules, d'anemones comme les espaces abandonnes2 qui
environnent Saint-Jean-de-Latran et Sainte-Croix-de-Jerusalem, a Rome.
Des clairieres se panachent d'elegantes et hautes fougeres; des champs de
15

genets et d'ajoncs resplendissent de leurs fleurs qu'on prendrait pour des
papillons d'or. Les haies, au long desquelles abondent la fraise, la fram-
boise et la violette, sont decorees d'aubepine, de chevrefeuille, de ronces
dont les rejets bruns et courbes portent des feuilles et des fruits
magnifiques. Tout fourmille d'abeilles et d'oiseaux; les essaims et les nids
arretent les enfants a chaque pas. Dans certains abris, le myrte et le laurier-
rose croissent en pleine terre, comme en Grece; la figue murit comme en
Provence; chaque pommier, avec ses fleurs carminees, ressemble a un gros
bouquet de fiancee de village*...
CHATEAUBRIAND. Memoires d'Outre-Tombe. (Publies en 1849-1850).
Примечания:
1. Поселяются на проживание на некоторое время. 2. Это написано в 1-ой
половине XIX в.
Вопросы:
* Chateaubriand a largement contribue a introduire le pittoresque dans la prose
francaise. Ce texte n'en offre-t-il pas une preuve?
...ET L'AUTOMNE DANS LE MIDI
Au-dessus de la Loire, il a la vendange assez austere, le pauvre homme
de la glebe, a tout moment puni dans son ?uvre grelee, noyee, transie,
attaquee par l'invisible. Le jour meme de la recolte est un jour deja
raccourci, un labeur poursuivi par la mauvaise humeur d'octobre, une tache
pour laquelle la vigneronne noue son fichu, le vigneron boutonne sa veste
de laine. Seul le Midi connait, pendant qu'il vendange, l'expression d'une
joie qui participe du climat, de la saison intacte, de la prompte et parfaite
maturite du raisin, parfois si caresse du soleil qu'il appelle dans les vignes,
fin aout, ses milices bavardes1. Il y a quelques annees, tout le departement
du Var - et, je pense, ses voisins - dut depouiller, a partir du 26 aout, les
ceps charges, sauver les grappes longues et lourdes qui trainaient sur la
terre et s'y brulaient. Que de sucre et de flamme, quel bleu de pruine2 sur
ces raisins pansus, quel mauve de violette sur l'epiderme du grain ovale
qu'on nomme olivette3!... La clairette3 est rosee et ronde, le picardan"
luxueux pese au cep, le muscat blanc dore et un petit pineau tout noir, si
l'on tarde, crevent leur peau fine et se vident de leur richesse...
La-bas, les vendangeuses blanches, a cheveux noirs, se couvrent de
16

grands chapeaux, rabattent leurs manches jusqu'aux poignets, et font les
peureuses par coquetterie: "Ve, la tarente4! Bonne Mere, un serpent!" Par
coquetterie aussi les hommes "tombent" la veste et jettent la chemise....
Les guepes, ivres et sans defense, ce collent aux comportes5 poisseuses; le
soleil de septembre vaut celui d'aout.... Le vieux pressoir a bras visite
encore Saint-Tropez, s'arrete de seuil en seuil, entoure de ses essaims
d'enfants et de mouches blondes. De ses sangles pourpres, de son bois teint
d'un violet indelebile coule, engorge de caillots, le vin neuf a qui chacun
peut tendre son verre*
COLETTE. Automne (1941).
Примечания:
1. C'est-a-dire: les vendangeurs - Сборщики винограда. 2. Восковой налет на
некоторых плодах. 3. Сорт винограда. 4. Слово, означающее на юге Франции
"ящерица". 5. Деревянные чаши, в которых перевозят с виноградников собранный
виноград.
Вопросы:
*Quels sont les divers elements qui donnent couleur et saveur a ce texte?
L'ILE-DE-FRANCE
S'il estunefrovince eminemment francaise, c'est assurement l'Ile-de-France,
puisque c'est autour d'elle que s'est constituee l'unite du pays. EMILE HEN-KIOT
evoque ici dans la limpidite d'une nuit exquise, les etres familiers, fleurs,
arbres, oiseaux, qui sont comme les temoins de sa jeunesse, de toute sa vie.
La nuit, le printemps. J'arrive: je n'y' pensais plus dans le feu des
phares", mais cette clarte sur les murs des maisons blanches, de la vieille
ferme d'ocre delave ; ce dur triangle d'ombre noire sur le cote de la tour
dans le contre-jour; et sur la prairie, cette autre ombre, molle, d'arbre
profile, c'est la pleine lune. Magnifique ciel tout d'argent, bleute. Le disque
blafard, eclatant, dans sa rondeur parfaite. J'eteins les phares, j'arrete le
moteur. Le merveilleux silence, tout a coup. О mon cher pays! La lune tout
entiere sur toi, pour te baigner et t'eclairer, pour te faire cette nuit
lumineuse, pleine d'insensibles couleurs. La tuile rousse des toits reste
rousse; rose la cheminee de brique; bleu sombre l'ombre au pied des arbres.
Les roses presque noires sentent bon, et la lune met sur chacune de leurs
feuilles vernies sa goutte de lueur, diamant. Les vitres brillent, a la fenetre
17

du pigeonnier. Toute la lune est dans mon jardin, la nuit est de la fete.
Comme cela sent bon: l'eau, la feuille, la brame, la mousse, l'herbe, la terre
mouillee. Je croyais percevoir delicieusement le silence. Il n'est fait que
d'un long chuintement4 dans la disparition des bruits du jour. Un tres leger
vent fait un friselis5 a travers les feuilles. Je n'ose pas esperer le rossignol,
ce serait trop beau; mais ce n'en est pas la saison. Ce grand appel pourtant,
si triste: la hulotte6. Voila cinquante ans que je la connais; elle ou les siens
qui l'ont precedee dans ce trou eleve du sycomore. Hulotte de toujours,
eternelle; qui est toujours la. Symbole de duree, illusion de ce qui ne
change pas.... Mais, helas! ce soir je suis seul, avec mes fantomes, dans la
maison vide. Je n'ai pas ferme les volets, la lune amicale7 entre dans la
chambre.
A quelle epoque vient-il donc? Voici la fin avril8, le debut mai8. Il
devrait etre la. C'est lui au petit jour qui me reveille: le coucou, entendu au
loin, dans le fond des bois. Le coucou.
Jules Renard9 dirait qu'il dit: "Coucou!" Moi, ce n'est pas ce chant, tres
limite, qui m'interesse. C'est ce flot en moi qu'il declenche, aussi loin dans
mes souvenirs que dans l'eloignement, la hauteur, la voix du menu chanteur
invisible, au corps plus petit que le son puissant qu'il emet. Le coucou
chante, et c'est mon enfance etonnee, les promenades dans le petit bois, la
croisee10 au matin ouverte; et dans l'ennui de la vie si lente et comme
suspendue, ou tout est encore a attendre, il y a ce chant bete et narquois" ,
ce bruit de la nature; et l'oiseau que je ne verrai jamais*.
EMILE HENRIOT. Ile-de-France (1956).
Примечания:
\. Explique plus loin par la pleine lune. 2. De l'auto. 3. Цвета вылинявшей охры.
4. Легкий шелест, пришепетывание. 5. Трепетание, легкая дрожь. 6. Серая сова,
неясыть. У нее есть еще одно название: chat-huant. 7. Укороченная цитата из
Вергилия: amica silentia lunae. 8. Expressions courantes (sans de) dans la langue
quotidienne. 9. Жюль Ренар (1864 - 1910) - французский писатель, для стиля
которого характерна лаконичность и точность деталей. 10. Окно. 11. Иронический,
насмешливый, лукавый.
Вопросы:
* De quoi est faite la poesie de ce passage? - Essayez, en particulier, dt-montrer la
musicalite, la fluide harmonie du premier paragraphe.
18

LA TOURAINE,
"JARDIN DE LA FRANCE"
Elle est le c?ur du pays comme Paris en est la tete. Et meme, 'par le calme et
la purete de ses paysages, par la. lenteur sinueuse des fleuves qui la traversent,
par la richesse de ses jardins et la variete de ses vignobles, par la douceur de
l'air qu'on y respire et la grace des chateaux qui font l'honneur des bords de la
Loire, du Cher et de l'Indre, par la qualite du langage qui s'y parle, elle donne
peut-etre de la France une image plus exacte, on voudrait dire plus
authentique.
Quelques-uns de ses fils, d'ailleurs, comptent parmi les plus grands ecrivains
qu'ait produits la France: Rabelais, Descartes, Vigny, Balzac.
Connaissez-vous cette contree que l'on a surnommee le jardin de la
France, ce pays ou l'on respire un air si pur dans les plaines verdoyantes
arrosees par un grand fleuve? Si vous avez traverse, dans les mois d'ete, la
belle Touraine, .vous aurez longtemps suivi1 la Loire paisible avec
enchantement, vous aurez regrette de ne pouvoir determiner, entre les deux
rives, celle ou vous choisirez votre demeure, pour y oublier les hommes
aupres d'un etre aime. Lorsqu'on accompagne le flot jaune et lent du beau
fleuve, on ne cesse de perdre ses regards dans les riants details de la rive
droite. Des vallons peuples de jolies maisons blanches qu'entourent des
bosquets, des coteaux jaunis par les vignes ou blanchis par les fleurs du
cerisier, de vieux murs couverts de chevrefeuilles naissants, des jardins de
roses2 d'ou sort tout a coup une rose elancee, tout rappelle la fecondite de
la terre ou l'anciennete de ses monuments, et tout interesse dans les ?uvres
de ses habitants industrieux. Rien ne leur a ete inutile: il semble que dans
leur amour d'une aussi belle patrie, seule province de France que n'occupa
jamais l'etranger3 ils n'aient pas voulu perdre le moindre espace de son
terrain, le plus leger grain de son sable. Vous croyez que cette vieille tour
demolie n'est habitee que' par des oiseaux hideux de la nuit? Non. Au bruit
de vos chevaux, la tete riante d'une jeune fille sort du lierre poudreux,
blanchi sous la poussiere de la grande route; si vous gravissez un coteau
herisse de raisins, une petite fumee vous avertit tout a coup qu'une
cheminee est a vos pieds; c'est que le rocher meme est habite, et que des
familles de vignerons respirent dans ses profonds souterrains, abritees dans
la nuit par la terre nourriciere qu'elles cultivent laborieusement pendant le
jour. Les Tourangeaux sont simples comme leur vie, doux comme l'air
qu'ils respirent et forts comme le sol puissant qu'ils fertilisent. On ne voit
sur leurs traits bruns ni la froide immobilite du Nord ni la vivacite
19

grimaciere du Midi; leur visage a, comme leur caractere, quelque chose de
la candeur du vrai peuple de saint Louis (...); leur langage est le plus pur
francais, sans lenteur, saris vitesse, sans accent;' le berceau de la langue est
la, pres du berceau de la monarchie*.
ALFRED DE VIGNY. Cinq-Mars (1826).
Примечания:
1. Le futur anterieur, moins affirmatif que le passe compose, s'accorde ici avec l'hypo-
these (si...) = sans doute avez-vous suivi.. 2. Турень славится своими розами.
3. Это произведение написано в первой трети XIX в. После войны 1870 г. и во Вторую
мировую войну Турень была оккупирована немецкими войсками.
Вопросы:
*Essayes de montrer que l'a.isa.ace du style, le rythme et la douceur des phrases, leur
ampleur harmonieuse s'accordent bien avec la serenite et la sagesse que Vigny reconnait
aux habitants de la Touraine.
LE HAVRE
S" situation a l'estuaire de la Seine fait du Havre un port a la fois maritime et
fluvial, dont le role peut-etre le plus important consiste a etablir la liaison
entre Paris et la mer. Aussi, au meme titre que Bordeaux ou Marseille, peut-il
etre regarde comme une capitale provinciale.
Harnais de naissance et economiste averti, ANDRE SIEGFRIED a mis en pleine
lumiere les caracteres essentiels de sa ville natale.
L'atmosphere du Havre s'exprime tout entiere dans le vent d'ouest, tout
charge d'ocean, qui tantot deverse sur l'estuaire des flots d'encre, et tantot,
lavant completement le ciel a l'occident, ne laisse plus du cote du large
qu'un immense horizon de clarte, ouvert sur l'infini. Venir au Havre
autrement que par vent d'ouest, il me semble que c'est ne pas y etre venu!
(Les Anglais - ces voisins - reagissent de meme, grelottants, retrecis et
miserables quand souffle, de la Mer du Nord, le beastly East wind.)
Le vent de la Manche, en effet, transfigure tout. Les couleurs de la rade
sont parmi les plus belles du monde, les plus riches, les plus changeantes,
les plus nuancees. Ce fut l'avis d'une pleiade de peintres illustres, qui ne
penserent pas pouvoir trouver plus beau sujet d'etude: Boudin, Millet,
Claude Monet* doivent etre consideres comme des Havrais d'adoption, et
si Monet nous a quittes pour d'autres cieux. Boudin est jusqu'a la fin
demeure fidele a l'estuaire. Les verts de jade de nos jours de tempete sont
20

inimitables, comme l'azur salin des ciels de noroit1. Laissons pourtant la
ces nuances: ce qui fait vraiment l'atmosphere de ce port, c'est l'ouverture
sur le grand large, ouverture symbolique, car il s'agit d'une ville ou l'on
regarde vers le dehors, d'une fenetre ouverte sur les oceans et les continents
(...).
Par ses relations d'affaires, par le champ de ses interets, Le Havre est
non seulement international mais mondial. Les produits qui servent de base
a son activite commerciale, maritime et boursiere constituent, a eux seuls,
la plus prestigieuse lecon de geographie. Meme sans etre jamais sorti de
chez lui, un Havrais est en contact direct avec l'Amerique, l'Afrique, l'Asie,
l'Oceanie. Enfant, je me revois guettant du haut de la cote l'arrivee des
bateaux sur la rade: l'experience m'avait enseigne la periodicite de leurs
retours; je savais aussi d'ou ils venaient et par consequent qu'il existe
d'autres pays et d'autres climats. Combien de Francais ont appris dans les
livres que le monde exterieur existe, mais ne le savent pas veritablement!
Pour les Havrais, ce monde lointain est une realite.
Cette coexistence du large et de la plus terrienne des provinces
francaises donne au Havre un equilibre singulier. Le ton est cosmopolite a
beaucoup d'egards: il y a des Anglais, des Americains, des Suisses, des
Hollandais, des Scandinaves, et beaucoup de Havrais ont une origine
etrangere. Mais la tradition du territoire s'exprime dans de vieilles familles,
specifiquement normandes, qui demeurent distinctes, et c'est ainsi que
l'esprit normand, qui est peut-etre le veritable esprit navrais, reparait
toujours, comme une sorte de genie familier. Il nous preserve des
exagerations, des folies et des fanatismes; sa pointe d'ironie nous empeche
de prendre au tragique ce qui doit etre pris au serieux: il faut, pour vivre,
avoir le pied sur la terre et je ne crois pas qu'a cet egard on puisse mieux
choisir que le sol normand. Quand le tragique survient - et le destin nous
a rudement traites de ce point de vue - nous retrouvons la vitalite d'une
race qui a beaucoup de siecles derriere soi, qui sait reconstruire comme elle
a su conquerir (...).
Je ne connais pas de cite dont les habitants aient davantage une
conscience collective des conditions de son existence. Je me rememore a
ce sujet mes souvenirs d'enfance quand, vers 1885, j'avais dix ans: tous les
gens qui m'entouraient, que ce fussent les miens, les amis de la maison, les
associes ou collaborateurs de mon pere, les serviteurs et leurs familles,
tous, oui tous, vivaient de l'echange, de l'activite commerciale et maritime
du port, et tous surtout en avaient conscience. Mon pere, mon oncle etaient
importateurs de coton, le mari de notre concierge etait pilote2 les parents de
21

notre cuisiniere etaient employes de la "Transatlantique3", les visiteurs qui
sonnaient a notre porte ou s'asseyaient a notre table etaient courtiers,
ingenieurs, marins, negociants.... Par les conversations que j'entendais., au
salon ou a la cuisine, je savais que le transatlantique venait d'arriver de
New York (je l'avais du reste vu sur la rade), que tel bateau des "Chargeurs
reunis"4 etait en retard, qu'il y avait eu un killing frost5 dans l'Arkansas,
qu'il y avait une hausse du coton en Bourse, que le projet d'agrandissement
du port allait etre discute a la Chambre et qu'il etait combattu par les
Rouennais6. Tout cela mettait en jeu bien des interets et combien divers,
mais tous ces Havrais se sentaient solidaires, des qu'il s'agissait d'entretenir
l'activite de l'Etablissement maritime qui etait pour eux l'equivalent d'une
petite patrie. Les sirenes du port n'avaient-elles pas, pour chacun d'eux,
berce la veille le repos de la nuit**?
ANDRE SIEGFRIED. Geographie poetique des cinq Continents (1952).
Примечания:
1. Норд-вест, влажный северо-западный ветер, искажающий краски. 2. Лоцман.
3. Известная судоходная компания "Compagnie Generale Transatlantique". 4. Судо-
ходная компания. 5. Убийственный мороз (англ.) 6. Город Руан является соперником
Гавра.
Вопросы:
* On etudiera la composition (le ce morceau. - a la description proprement dite?
** Quel interet les souvenirs personnels apportent-il?',
NOSTALGIE DE LA FLANDRE
Montree riche en charbon et en textiles, "pays noir" et vastes champs de lin,
la Flandre s'etend sous un ciel pale. Mais ce pays du Nord ne manque pas
d'attrait, ni surtout d'ame.
Mon enfance captive a vecu dans des pierres,
Dans la ville ou sans fin, vomissant le charbon,
L'usine en feu devore un peuple moribond.
Et pour voir des jardins, je fermais les paupieres....
J'ai grandi, j'ai reve d'orient, de lumieres,
De rivages de fleurs ou l'air tiede sent bon,
De cites aux noms d'or, et, seigneur vagabond,
De paves florentins ou trainer des rapieres.
22

Puis je pris en degout le carton du decor,
Et maintenant, j'entends en moi l'ame du Nord
Qui chante, et chaque jour j'aime d'un c?ur plus fort
Ton air de sainte femme, o ma terre de Flandre,
Ton peuple grave et droit, ennemi de l'esclandre2,
Ta douceur de misere ou le c?ur se sent prendre,
Tes marais, tes pres verts ou rouissent3 les lins,
Tes bateaux, ton ciel gris ou tournent les moulins,
Et cette veuve en noir avec ses orphelins*...,
ALBERT SAMAIN. Le Chariot d'Or (1901).
Примечания:
1. Tour concis, tres usuel: ou je pourrais trainer... pour y tramer. 2. Скандал, ссора.
3. ... где мокнет лен.
Вопросы:
* Expliquez avec precision par quels sentiments successifs est passee l'ame du poete.
Quels eloges fait-il de sa terre natale?
ADIEUX A LA MEUSE
Des montagnes qui se dressent sur son sol, la France envoie tout un reseau
complexe de fleuves et de rivieres aux differentes mers dont elle est bordee: la
Seine s'ecoule des hauteurs de la Cote-d'Or jusqu'a la Manche; du Massif
Central, la Loire parcourt mille kilometres avant de se jeter dans l'Ocean; la
Garonne joint les Pyrenees a l'Atlantique; et le Rhone, torrent echappe des
Alpes, s'y creuse une longue vallee avant de se precipiter dans la Mediterranee.
La Meuse, elle, avant de passer en Belgique, puis en Hollande, traverse la
Champagne et la Lorraine, qu'elle met ainsi en communication avec nos
voisins du Nord. C'est assez dire son importance sur le plan geographique et
economique. Et puis, litterairement, elle a inspire a CHARLES PEGUY un de ses
poemes les plus emouvants: les adieux de Jeanne d'Arc au fleuve qui l'a vue
naitre et dont les flots ont berce son enfance.
Adieu, Meuse endormeuse et douce a mon enfance,
Qui demeures aux pres, ou tu coules tout bas. i.
Meuse, adieu: j'ai deja commence ma partance'
En des pays nouveaux ou tu ne coules pas.
23

Voici que je m'en vais en des pays nouveaux:
Je ferai la bataille et passerai les fleuves;
Je m'en vais m'essayer a de nouveaux travaux,
Je m'en vais commencer la-bas les taches neuves,
Et pendant ce temps-la, Meuse ignorante et douce,
Tu couleras toujours, passante accoutumee,
Dans la vallee heureuse ou l'herbe vive pousse,
О Meuse inepuisable et que j'avais aimee.
(Un silence.)
Tu couleras toujours dans l'heureuse vallee;
Ou tu coulais hier, tu couleras demain.
Tu ne sauras jamais la bergere en allee ,
Qui s'amusait, enfant, a creuser de sa main
Des canaux dans la terre, - a jamais ecroules.
La bergere s'en va, delaissant les moutons,
Et la fileuse va, delaissant les fuseaux.
Voici que je m'en vais loin de tes bonnes eaux,
Voici que je m'en vais bien loin de nos maisons.
Meuse qui ne sais rien de la souffrance humaine,
О Meuse inalterable et douee a toute enfance,
О toi qui ne sais pas l'emoi de la partance,
Toi qui passes toujours et qui ne pars jamais,
О toi qui ne sais rien de nos mensonges faux,
О Meuse inalterable, o Meuse, que j'aimais,
( Un silence.)
Quand reviendrai-je ici filer encor la laine?
Quand verrai-je tes flots qui passent par chez nous?
Quand nous reverrons-nous? et nous reverrons-nous*?
Meuse que j'aime encore, o ma Meuse que j'aime**....
CHARLES PEGUY. Jeanne d'Arc (1897).
Примечания:
l.Mon depart (archaisme). Mais on dit encore: le navire est en partance (se prepare
a partir). 2. Qui s'en est allee.
24

Вопросы:
*Pour quelles raisons Jeanne a-t-elle ce regret de partir?
** Etudiez la musique de ce poeme. A quelles intentions correspondent les artifices de
typographie employes ici?
LES ALPES
Frison-Roche exprime dans Premier de Cordee l'atmosphere de la haute
montaene: son heros, Pierre Servettaz, neveu d'un des meilleurs guides des
Alpes, a senti en lui l'irresistible vocation de l'heroisme, l'appel de la liberte.
Sous ses pieds, s'ouvre le trou sombre de la vallee profonde de mille
metres et, en face de lui, la chaine du Mont-Blanc, qui s'exhaussait
a mesure qu'il montait, a repris sa veritable dimension; la coupole
superieure repose comme la voute d'une cathedrale byzantine sur
l'architecture compliquee des Aiguilles, amenuisees par la distance. C'est
une foret de pierres ou pilastres, tours, campaniles, lanternes1
s'enchevetrent et se herissent, emailles de neves2 glauques.
Les glaciers des Bossons et de Tacounaz, ecailles de crevasses trans-
versales, s'allongent et s'etirent paresseusement comme de gigantesques
sauriens.
Le froid augmente; Pierre claque legerement des dents, mais il ne peut
se lasser d'admirer encore une fois ce lever du jour.
C'est comme si d'un coup tout devenait plus clair, plus frais, plus pur.
Une toute petite tache rose s'est posee sur la cime sans qu'on sache d'ou
venait la lumiere; sans doute des lointains de l'est, maintenant phosphores-
cents et, en meme temps que le jour naissait, l'air s'est fait plus leger. Pierre
voudrait chanter. Mais non! C'est tout son etre qui chante mysterieusement
le renouveau de la vie. Il se leve, assure son sac sur l'epaule et, repartant
dans la fraicheur, atteint la combe' du Brevent encore dans l'ombre, ou les
gros blocs du clapier4 dessinent des formes etranges et familieres; le jeune
montagnard marche febrilement. Maintenant, il se faufile avec le sentier
complice sous un petit campanile dechiquete, puis l'abandonne pour une
piste a peine marquee qui rejoint la base de la grande paroi du Brevent.
La face du Brevent est une ascension courte, facile pour un grimpeur de
classe, mais vertigineuse au possible; on y conduit generalement les
debutants ou encore les alpinistes qu'un guide veut "essayer" avant une
course importante; le rocher est tres delite5 et necessite de grandes
precautions.
25

Cette paroi Pierre l'a gravie bien des fois, et, s'il y retourne, c'est
justement parce qu'il sait fort bien qu'il ne pourra trouver meilleure pierre
d'essai: un homme sujet au vertige ne franchit pas la vire6 du haut de la
paroi. Et Pierre se reprend a douter, redoute l'echec qu'il pressent, perd sa
confiance... Sa demarche se fait plus hesitante. Il faut, pour aborder les
rochers, traverser un petit couloir herbeux tres raide, les gazons mouilles
de rosee sont tres glissants. En temps normal, Pierre aurait saute en se .
jouant d'une pierre a l'autre. Pourquoi, aujourd'hui, n'avance-t-il qu'avec
precaution, plantant la pique de son piolet dans la terre pour assurer sa
marche, s'inclinant exagerement du cote de la montagne, au lieu de poser
son pied bien franchement et d'aplomb?
Quelqu'un qui le verrait de loin s'inquieterait: "Voila un debutant qui n'a
pas le pied sur!" songerait-il.
R. FRISON-ROCHE. Premier de Cordee, (1948).
Примечания:
1. Разные формы скал: пилястр - плоский вертикальный выступ на поверхности
стены; кампанилла - колокольня, стоящая на некотором отдалении от церкви;
лантерн - башенка с отверстием (фонарем) сбоку. 2. Фирновый (уплотненный,
смерзшийся) снег. 3. Длинное и узкое ущелье. 4. Нагромождение каменных обломков
у подножья склона. 5. Растрескавшиеся и отслаивающиеся от воздействия воды
и морозов. 6. Тропа, вьющаяся по склону горы.
LE MASSIF CENTRAL
Jules Romains est ne dans le Velay, J province dominee far le mont Mezenc.
Demeure toujours fidele a cet apre pays, il en exprime admirablement l'etrange
et puissante beaute.
Emmanuel explique a Therese l'existence qu'elle menera en pleine
montagne des Cevennes, quand il l'aura eposee.
THERESE, apres un silence.
Je ne pourrai pas vivre ici.
EMMANUEL
Mais ce n'est pas ici que nous vivrons d'abord.
Notre pere Helier nous donne une maison
Qu'il possede dans la bruyere du Mezenc.
Nous y serons un village, et tout un royaume.
26

Therese parait attentive. Son visage s'eclaire.
Ecoute-moi. C'est une grande maison basse
Qui s'enfonce a demi dans un creux de la lande,
Avec un long toit penchant qui rejoint le sol,
Et un seul arbre qui se repand sur le toit.
Alentour, aussi loin que peut porter la vue,
Tout est desert, tout n'est qu'une onde d'herbe rase
Ou que douee epaisseur de bruyere feutree1.
Et tant d'espace ne s'etend jusqu'a personne.
Il n'y a pas un signe de possession.
Par endroits, une pierre plantee,
un genet.
Des septembre, il vient la-dessus de lents brouillards;
On est seul, comme au fond de son meilleur sommeil,
Et l'on voit tout a coup naitre et fuir dans la brume
Un poulain libre qui galope sans nul bruit.
Et c'est la neige, apres, qui commence a tomber.
Elle est tendre, au debut, elle fond vers midi,
Laissant une rosee a la pointe des herbes.
Mais un beau jour d'octobre elle ne s'en va plus.
L'on cesse de voir l'herbe rase, et la bruyere,
Puis les pierres plantees,
et les genets aussi.
Un nouveau sol pousse, avec de nouvelles formes,
Comme si une bete avait change de peau,
Un sol neuf, qui est terre par la durete,
Et qui est ciel, en meme temos, par la lumiere.
Peu a peu, la maison s'ensevelit.
On tache
De garder un chemin libre devant le seuil,
Et la neige fait deux murailles qui grandissent.
Et puis, une nuit, il en tombe
Tellement, que le jour d'apres
On renonce a prendre la pelle.
Il faut barricader la porte:
Une barre en haut, une en bas,
27

Et deux autres qu'on coince en terre
Pour epauler chaque battant.
THERESE, moitie souriant, moitie frissonnant.
Et tu veux me mettre en prison
Dans la neige du mont Mezenc?
Mais je mourrais, Emmanuel!
EMMANUEL, venant encore plus pres d'elle.
La maison est alors aussi secrete et seule
Que si on se cachait a cent pieds sous le sol.
L'on n'entend plus que la fontaine interieure
Couler infiniment dans l'auge de granit.
L'ame se plait entre l'etable et la cuisine.
Il repose2, au plafond, sur des claies toutes noires,
Des jambons, du fromage et du lard pour plus de six mois.
Des bottes de saucissons pendent a la cheminee.
On bute au cellier sur des pommes de terre croulantes;
Deux armoires de chene abritent mille fruits en rangs;
II se carre au grenier plus d'un sac de belle farine,
Et le foin dans la grange est entasse jusqu'aux chevrons3
Alors la maison s'emplit de la chaleur de l'etable.
L'eau semble tiede aux mains comme la laine des brebis.
Il ne vient un peu de jour que par la haute lucarne
Qui est aupres de l'arbre et que la neige n'atteint pas.
C'est une fente etroite et profonde comme une source.
Le jour qui en descend parait un plaisir d'homme riche4,
Et on le recueille avec beaucoup de soin dans ses yeux.
Mais le soir une grosse lampe
Bourdonne au-dessus de la table,
Jusqu'a l'heure de s'endormir.
Les lits sont enfonces dans une muraille de bois;
Ils vont loin, comme des trous d'insectes au c?ur d'un vieil arbre.
Le sommeil y est plus enivrant que partout ailleurs,
Plus libre de la terre, plus entre dans l'autre vie;
Tres bas, tout pres de son visage:
28

Le sommeil, Therese, le sommeil,
et aussi l'amour*.
JULES ROMAINS. Cromedeyre-le-Vieil, IV, II (1920).
Примечания:
1. Имеется в виду, что на вересковых зарослях вереск образует упругий, плотный
(как войлок) слой. 2. Tour impersonnel. Le vrai sujet est: des jambons, du fromage et du
lard (v. plus bas: il se carre). 3. Стропила крыши сходятся под острым углом в форме
буквы А. 4. То есть удовольствие редкостное и утонченное.
Вопросы:
* Montrez quelle poesie se degage de ce style aux formes pleines et denses.
LA FOIRE DE BANON
Ne a Manosque (Basses-Alpes), JEAN GIONO est le poete moderne de la
Provence, un poete qui prete une ame extriionlinairemsnt fraiche aux plantes,
aux betes, aux gens; et qui, sensible au mystere de l'univers (mais non a Dieu),
passe aisement d'une sorte de mysticisme laique au realisme le plus
pittoresque.
Malgre le mauvais an1 le grand marche d'ete a rempli la villotte2. Il y
a des hommes et des chars sur toutes les routes, des femmes avec des
paquets, des enfants habilles de dimanche qui serrent dans leurs poings
droits les dix sous pour le beignet3 frit. Ca vient de toutes les pentes des
collines. Il y en a un gros tas qui marche sur la route d'Ongles, tous
ensemble, les charrettes au pas et tout le monde dans la poussiere; il y en
a comme des graines sur les sentiers du cote de Laroche, des pietons avec
le sac a l'epaule et la chevre derriere; il y en a qui font la pause4 sous les
peupliers du chemin de Simiane, juste dessous les murs, dans le son de
toutes les cloches de midi. Il y en a qui sont arretes au carrefour du moulin;
ceux de Laroche ont rencontre ceux du Buech. Ils sont emmeles comme un
paquet de branches au milieu d'un ruisseau. Ils se sont regardes les uns les
autres d'un regard court qui va des yeux aux sacs de ble. Ils se sont compris
tout de suite.
"Ah! qu'il est mauvais, cet an qu'on est a vivre!"5
"Et que le grain est leger!"-"Et que peu il y en a!"
"Oh! oui!"
Les femmes songent que, la-haut sur la place, il y a des marchands de
toile, de robes et de rubans, et qu'il va falloir passer devant tout ca etale, et
qu'il va falloir resister. D'ici, on sent deja la friture des gaufres; on entend
29

comme un suintement des orgues, des maneges de chevaux de bois; ca fait
les figures longues6, ces invitations de fete dans un bel air plein de soleil
qui vous reproche le mauvais ble.
Dans le pre qui pend, a l'ombrage des pommiers, des gens de ferme se
sont assis autour de leur dejeuner. D'ordinaire, on va a l'auberge manger "la
daube"7. Aujourd'hui, il faut aller a l'economie8.
Ca n'est pas que l'auberge chome; oh! non: a la longue table du milieu,
il n'y a plus de place, et deja on a mis les gueridons sur les cotes, entre les
fenetres, et les deux filles sont rouges, a croire9 qu'elles ont des tomates
mures sous leurs cheveux, et elles courent de la cuisine a la salle sans
arreter, et la sauce brune coule le long de leurs bras (...). Sur la place, les
colporteurs et les bazars ont monte des baraques de toile entre les tilleuls.
.Et c'est repandu a seaux10 sous les tentes; des chapeaux, des pantoufles, des
souliers, des vestes, des gros pantalons de velours, des poupees pour les
enfants, des colliers de corail pour les filles, des casseroles et des "fait-
tout"11 pour les menageres et des jouets et des pompons pour les tout-
petits, et des sucettes12 pour les goulus du tete13 dont la maman ne peut pas
se debarrasser. Et c'est bien pratique. Il y a des marchands a l'aune14 avec
leur regle de bois un peu plus courte que mesure. "Et je vous ferai bonne
longueur; venez donc!" H y a des bonbanneries, et les marchands de
sucrerie et de friture avec des gamins colles contre, comme des mouches
sur pot a miel; il y a celui qui vend des tisanes d'herbes et des petits livres
ou tout le mal du corps est explique et gueri, et il y a, pres de la bascule a
moutons, un manege de chevaux de bois bariole et grondeur qui tourne
dans les arbres comme un bourdon.
Et ca fait, dans la chaleur, du bruit et des cris a vous rendre sourds 15
comme si on avait de l'eau dans les oreilles. Chez Agathange, on a laisse les
portes du cafe ouvertes. Il en coule un ruisseau de fumee et de cris. Il y a la-
dedans des gens qui ont dine de saucisson et de vin blanc autour des tables de
marbre et qui discutent maintenant en bousculant les verres vides du poing et
de la voix. Agathange n'en peut plus. II est sur ses pieds depuis ce matin. Pas
une minute pour s'asseoir. Toujours en route de la cuisine au cafe et il faut
passer entre les tables, entre les chaises. Voila celui-la du fond qui veut du
vermouth maintenant. Val6 falloir descendre a la cave. Il est en bras de
chemise: une belle chemise a fleurs rouges. Il a le beau pantalon et pas de
faux col. Le faux col en celluloid est tout prepare sur la table de la cuisine a
cote des tasses propres. Il y a aussi les deux boutons de fer et un n?ud de
cravate tout fait, bien noir, bien neuf, achete de frais pour tout a l'heure*.
JEAN GIONO. Regain (1930).
30

Примечания:
1. La mauvaise annee (an ne se dit pas couramment dans ce sens). 2. Маленький
городок. З. Кусочки мяса или овощей в тесте, жареные во фритюре. 4. Останав-
ливаются на некоторое время. 5. Expression locale: cette annee que nous sommes en train
de vivre. 6. Вытянутые, унылые лица. 7. Мясо, тушеное в белом вине с овощами и
пряностями. 8. Приходится экономить. 9. Si bien qu'on croirait - Можно подумать,
будто... 10. В огромных количествах (букв, ведрами). 11. Кастрюля с крышкой для
приготовления любых блюд. 12. Леденцы на палочках. 13. Teter - сосать (материн-
скую грудь или соску). Les goulus du tete - дети, которые никак не отучатся от соски.
14. Локоть - старинная мера длины во Франции (ок. 1м 18 см). 15. См. прим. 7.
Способные оглушить, оглушающие. 16. // va falloir (langue parlee).
Вопросы:
* Il y a bien des elements dans ce style composite. Montrez la place qu'y tiennent les
tournures populaires. - - '. .
EN LANGUEDOC:
UZES ET SES ENVIRONS
Terre brulee de soleil et infestee de bruyantes cigales: tel etait apparu le
Languedoc au jeune Jean Racine, quand son oncle, le chanoine Sconin, l'avait
appele pres de lui a Uzes. Au contraire, la charmante petite cite inspira
a ANDRE GIDE, qui y vint tout enfant passer des vacances chez sa grand-mere
paternelle, une immediate et durable sympathie.
J'aimais passionnement la campagne aux environs d'Uzes, la vallee de la
Fontaine d'Eure et, par-dessus tout, la garrigue1. Les premieres annees,
Marie, ma bonne, accompagnait mes promenades (...).
En continuant la route qui continue le Sarbonnet, un petit mamelon
calcaire, au sortir de la ville on gagnait les pres verdoyants que baigne la
Fontaine d'Eure. Les plus mouilles d'entre eux s'emaillaient au printemps
de ces gracieux narcisses blancs dits "du poete", qu'on appelle la-bas des
courbadonnes. Aucun Uzetien ne songeait a les cueillir, ni ne se serait
derange pour les voir; de sorte que, dans ces pres toujours solitaires, il y en
avait une extraordinaire profusion; l'air en etait embaume loin a la ronde;
certains penchaient leur face au-dessus de l'eau, comme dans la fable que
l'on m'avait apprise, et je ne voulais pas les cueillir; d'autres disparaissaient
a demi dans l'herbe epaisse; mais le plus souvent, haut dresse sur sa tige,
parmi le sombre gazon, chacun brillait comme une etoile. Marie, en bonne
Suissesse, aimait les fleurs; nous en rapportions des brassees.
31

La Fontaine d'Eure est cette constante riviere que les Romains avaient
captee et amenee jusqu'a Nimes par l'aqueduc fameux du Pont du Gard. La
vallee ou elle coule, a demi cachee par des aulnes, en approchant d'Uzes,
s'etrecit. О petite ville d'Uzes! Tu serais en Ombrie3 des touristes
accourraient de Paris pour te voir! Sise au bord d'une roche dont le
devalement brusque est occupe en partie parles ombreux jardins du duche,
leurs grands arbres, tout en bas, abritent dans le lacis de leurs racines les
ecrevisses de la riviere. Des terrasses de la Promenade ou du Jardin public,
le regard, a travers les hauts micocouliers4 du duche, rejoint, de l'autre cote
de l'etroite vallee, une roche plus abrupte encore, dechiquetee, creusee de
grottes, avec des arcs, des aiguilles et des escarpements pareils a ceux des
falaises marines; puis, au-dessus, la garrigue rauque, toute devastee de
soleil.
Marie, qui se plaignait sans cesse de ses cors" montrait peu d'enthousi-
asme pour les sentiers raboteux de la garrigue; mais bientot enfin ma mere
me laissa sortir seul et je pus escalader tout mon soul6.
On traversait la riviere a la F on di Biau (je ne sais si j'ecris
correctement ce qui veut dire, dans la langue de Mistral: fontaine aux
b?ufs) apres avoir suivi quelque temps le bord de la roche, lisse et tout
usee par les pas, puis descendu les degres tailles dans la roche. Qu'il etait
beau de voir les lavandieres y poser lentement leurs pieds nus, le soir,
lorsqu'elles remontaient du travail, toutes droites et la demarche comme
ennoblie par cette charge de lin blanc qu'elles portaient, a la maniere
antique, sur la tete. Et comme la "Fontaine d'Eure" etait le nom de la
riviere, je ne suis pas certain que, de meme, ces mots "fon di biau"
designassent precisement une fontaine: je revois un moulin, une metairie
qu'ombrageaient d'immenses platanes; entre l'eau libre et l'eau qui
travaillait au moulin, une sorte d'ilot, ou s'ebattait la basse-cour.
A l'extreme pointe de cet ilot, je venais rever ou lire, juche sur le tronc d'un
vieux saule et cache par ses branches, surveillant les jeux aventureux des
canards, delicieusement assourdi par le ronflement de la meule, le fracas de
l'eau dans la roue, les mille chuchotis de la riviere, et plus loin, ou lavaient
les laveuses, le claquement rythme de leurs battoirs*.
Mais le plus souvent.brulant7 la Fon di Biau, je gagnais en courant la
garrigue, vers ou8 m'entrainait deja cet etrange amour de l'inhumain, de
l'aride, qui, si longtemps, me fit preferer a l'oasis le desert. Les grands
souffles secs, embaumes, l'aveuglante reverberation du soleil sur la roche
nue sont enivrants comme le vin. Et combien m'amusait l'escalade des
roches; la chasse aux mantes religieuses qu'on appelle la-bas des "prega-
32

Diou ", et dont les paquets d'?ufs, conglutines et pendus a quelque
brindille, m'intriguaient si fort; la decouverte, sous les cailloux que je
soulevais, des hideux scorpions, mille-pattes et scolopendres**!
ANDRE GIDE. Si le grain ne meurt (1926).
Примечания:
1. Необрабатываемые, заросшие кустарником земли на склонах гор. 2. Имеется в
виду миф о Нарциссе, прекрасном юноше, который, увидев свое отражение в воде,
влюбился в него. Боги превратили его в цветок, носящий его имя. 3. Если бы ты был в
Умбрии... - провинция в Италии, где родился св.Франциск Асизский. 4. Каменное
или железное дерево, произрастающее на юге Франции. Достигает высоты 20 м.
5. Ороговевший нарост на пальце ноги, причиняющий боль. 6. В свое удовольствие,
вдосталь. 7. Не останавливаясь. 8, Lieu vers lequel... 9. Провансальское название бого-
мола (насекомое). Французский эквивалент - Prie-Dieu.
Вопросы.
* On etudiera l'ait de la description dans tout ce paragraphe: attitudes des lavandieres;
evocation de la faune et de la flore; bruits des eaux.
** Andre Gide a toujours eprouve un gout tres vif pour les sciences naturelles. Montrer
comment ce penchant se manifeste ici.
LA PASTORALE D'OSSAU
La vallee d'Ossau, dans les Pyrenees, est un des lieux chers a FRANCIS JAMMES.
Le poete, ne pres de Tarbes, a profondement subi l'influence de ces horizons ou
la grandeur garde un caractere simple et humain. Temoin la gracieuse piece
a laquelle il donne le nom de pastorale pour en marquer l'inspiration, toute
champetre.
En aout, a Laruns' pour la fete,
Au vieux patre confiant ses betes,
Le jeune berger descendra.
Guetre de laine il dansera,
Sa veste rouge sur le bras.
Le fifre a tue-tete criera"
Le tambourin bourdonnera.
La belle fiancee aura
Son capulet3 qui rougira
Et son chale qui pointera
33

Et que la moisson ornera4.
Sa paire de sabots luira.
Sa robe se relevera
Avec deux larges bandes bleues
Comme d'un papillon a queue.
Et son amoureux lui tiendra
La main par le chanvre effilee5
Au milieu du rondeau brillant
Dont on dirait dans un torrent
Des ailes d'oiseaux-bleus melees
Aux fleurs des bles de la vallee.
Sur le flanc terrible des monts
Quelques granges apparaitront
Comme des monceaux d'avalanche.
La-haut, c'est Bielle et, sous les branches
Du frene, un venerable toit
Ou monsieur Bonnecase est maitre,
Syndic6 maire, expert geometre:
"II mariera moi contre toi". "*
FRANCIS JAMMES. Ma France poetique (1926).
Примечания:
1. Городок в долине Оссо. 2. Свирель будет звучать во всю мочь, оглушительно.
3. Капюшон, закрывающий голову и плечи, который носят женщины в Пиренеях
4 Имеются в виду вышивки, основным мотивом которых являются колосья и полевые
цветы, в частности дикие маки (сравни стих 21). 5. Этот стих следует понимать так:
от постоянного прядения или сучения конопли кончики ее пальцев утончились.
6. В обязанности синдика входит следить за справедливым распределением воды для
орошения. 7. Expression de la langue locale: il me mariera a toi.
Вопросы:
* Comparer ce poeme avec celui de Samain (Flandre) et celui de Peguy (Meuse).
MALAGAR
Toute une partie de l'oeuvre de MAURIAC resterait inexpliquee sans une
constante reference au pays natal de l'ecrivain: le Bordelais. La page que voici
fremit d'un amour profond pour la "petite patrie".
34

Une brume tremble sur les landes: reserve immense de torpeur qui va
s'etendre sur la plaine jusqu'au crepuscule. C'est dimanche, et je n'entendrai
meme pas le bruit 'des sulfa-teuses1. Caoubet et Laouret2 dorment dans
retable noire. Les cloches des vepres ne sonnent plus dans les villages sans
pretres et "les grands pays muets" dont parle Vigny ne sont muets que
parce qu'ils sont mourants. Combien de temps nous faudra-t-il pour recon-
naitre que cette vie qui se .retire d'eux, c'est la notre? (...) Helas! l'homme
declinant decouvre que ce n'est pas sa vie toute seule qui se retire
lentement de la terre mourante: tous ceux dont il est seul a se souvenir, et
qui ont reve a cette terrasse, mourront avec lui-meme une seconde fois.
A ma mort, Malagar se dechargera d'un coup de tous ses souvenirs, il aura
perdu la memoire.
Nos parents n'ont pas connu cette angoisse, parce que ce n'etait pas
a leur vie ephemere qu'etait suspendue la vie du domaine, mais a la race,
a la famille qui, croyaient-ils, ne perirait pas. En depit du phylloxera4, des
mauvaises annees, du Code Civil5, des partages, ils ne doutaient pas que le
domaine, apres eux, dut passer a leurs enfants et a leurs petits-enfants.
"Quoi qu'il arrive, ne vendez jamais la terre." Ce fut toujours une de leurs
dernieres paroles. On s'arrangeait pour ne pas la vendre, et pour que les
proprietes d'un seul tenant gardassent leur unite. Depuis la Revolution, il
y eut toujours, par generation, un oncle celibataire, dont la part revenait
aux neveux, afin que l'heritage, a peine divise, se reformat. La terre
demeurait fidele a la famille, a travers tout. Cette union d'un domaine et
d'une race paraissait etre a l'epreuve de l'etatisme et de la fiscalite. L'aieul
pouvait ramener en paix cette terre sur son corps mourant: il avait voulu
qu'elle couvrit son tombeau, parce que, perissable, il n'en avait pas moins
contracte avec elle une alliance qu'il croyait eternelle.
Aujourd'hui, l'alliance est denoncee6. Il y aura, un jour, dans une etude
de campagne, cette affiche rose fixee au mur par quatre punaises: Vente
d'une propriete, vignoble, maison de maitre, vastes communs . Et bien plus
tard, un jour, un vieil homme s'arretera au portail, tenant un enfant par la
main. Ce sera vers cinq heures apres midi. Entre les vignes pales, toutes les
masses feuillues paraitront sombres, sauf les aubiers, dans la boue durcie
de la Garonne, et les prairies embrasees de Sauternes8. L'azur blemira sur
le dur et noir horizon des landes. Un souffle, que les visages humains ne
sentiront meme pas, entrainera vers le sud les molles fumees de la plaine.
Une seconde, un seul entre tous les oiseaux oublie de ne pas chanter , et
leur silence imite l'immobilite des feuilles. Un etre vivant, sur ces routes,
risquerait la mort... Et pourtant, j'imagine cet homme vieilli en qui se
35

retrouvent quelques-uns de mes traits. J'entends les paroles qu'il prononce
a voix presque basse, et le petit garcon leve une tete curieuse: "La fenetre
a droite, c'est la ou travaillait mon pauvre pere... Ce qu'il faisait? C'etait des
romans. Les hortensias du perron sont morts. Ils ont arrache la vieille
vigne. Mon pere croyait que les ormeaux, devant la maison, etaient pres de
leur fin; ils sont toujours la, malades mais vivants... La mere de mon
pere.... J'avais ton age quand elle est morte. Je ne revois que sa silhouette
lourde au tournant de l'allee. Les traits se sont effaces... "
Une ombre inconnue s'avancera sur le perron, et le vieil homme,
trainant le petit par la main, redescendra la cote*.
FRANCOIS MAURIAC, Journal, tome I (1934).
Примечания:
\. Машины для опрыскивания виноградников медным купоросом (сульфатом
меди). 2. Клички волов. 3. Французский поэт Альфред де Виньи (1797 - 1863) в
стихотворении "Хижина пастуха". 4. Филлоксера - заболевание виноградника, вы-
званное тлей, носящей то же название. 5. Гражданский Кодекс, определяющий права
наследования. 6. Расторгнут. 7. La maison de maitre - жилой дом; les communs -
хозяйственные постройки, службы (винные погреба, конюшни и т.п.) 8. Сотерн -
сорт винограда, который разводится в районе Бордо и дает знаменитое белое вино
того же названия. 9. И ее одиночная песня побуждает к пению всех остальных птиц.
Вопросы:
* Montrez que Mauriac nous donne ici: 1) Une image de certaines qualites francaises.
2) Une vive et douloureuse evocation de son Bordelais natal.

IL Париж
Париж с его тремя миллионами жителей (а если добавить населе-
ние пригородов, то получится больше пяти) сейчас является одним из
самых больших городов мира.
Но таким он был не всегда: в эпоху завоевания страны римлянами
небольшое поселение, которое называлось Лютеция и где жило племя
паризиев, представляло крохотный островок на скрещении путей с
берегов Луары в Бельгию и из Германии в Бретань. В конце V века
Хлодвиг сделал его своей столицей; в начале XIII века Филипп Август
обнес его крепостными стенами; с тех пор короли Франции неизменно
повышали его значение и престиж. Так Париж стал политическим, а,
главное, мозговым центром нации: он управляет ею так же, как мозг
управляет и координирует все движения тела. И вообще, Франция без
Парижа была бы чем-то наподобие тела без души...
И, однако, этот огромный мегаполис является не только полити-
ческой, административной и экономической столицей страны, это
также город на берегах Сены, где люди рождаются, трудятся, любят,
умирают; это весьма разношерстное соединение самых разных квар-
талов, которые строились в различные эпохи и каждый из которых
являет собой поистине отдельный городок, обладающий собственным
лицом; пестрый мир, где урожденный парижанин соседствует с чело-
веком, недавно поселившимся в Париже, где богатый пред-
приниматель сталкивается с клошаром, где иностранный турист, же-
лающий полюбоваться на досуге перспективой Елисейских Полей,
невольно оказывается подхваченным плотным потоком спешащих
людей.
Кроме того, Париж - город многочисленных прекраснейших, са-
мых разнообразных зданий; это город-памятник, столица-памятник,
памятник, состоящий из памятников, если воспользоваться словами
Пеги. И наконец, это средоточие духа и ума, куда стекаются и не
только из Франции, но со всего света, лучшие писатели, драматурги,
музыканты, художники, артисты. Это многообразный мир, зеркало с
тысячами граней, волшебная, притягательная сила которого действует
37

как на его постоянных жителей, так и на тех, кто впервые приехал
сюда. Не перечислить всех писателей, начиная с Вийона и Монтеня и
кончая Жироду, Жюлем Роменом и Леоном Фаргом - включая сюда
Бальзака, Гюго, Бодлера, Золя, Анатоля Франса, - что обращали свои
взоры к блистательной нашей столице. И не хватит никакой антоло-
гии, чтобы вместить все прекраснейшие страницы, посвященные жи-
вописанию и прославлению Парижа...

LE PAYSAN DE PARIS CHANTE
С 'est, a-t-on dit d'ARAGON, un homme pour qui le monde exterieur
existe, meme quand il ecrit des poemes surrealistes; un homme qui
veut etre present dans le monde qu'il habite. Et c'est pourquoi on
trouvera ici quelques-uns des plus beaux souvenirs qu'ait jamais
laisses, dans le c?ur d'un poete, l'amour de sa ville natale, dont l'a
separe le destin.
Comme on laisse a l'enfant pour qu'il reste tranquille*
Des objets sans valeur trainant sur le parquet
Peut-etre devinant quel alcool me manquait
Le hasard m'a jete des photos de ma ville
Les arbres de Paris ses boulevards ses quais.
C'est un pont1 que je vois si je clos mes paupieres
La Seine y tourne avec ses tragiques totons2
О noyes dans ses bras noueux comment dort-on
C'est un pont qui s'en va dans ses loges de pierre
Des repos arrondis en forment les festons .
Un roi de bronze noir a cheval le surmonte
Et l'ile qu'il franchit a double floraison
Pour verdure un jardin pour roses des maisons
On dirait un bateau sur son ancre de fonte
Que font trembler les voitures de livraison.
L'aorte5 du Pont-Neuf fremit comme un orchestre
Ou j'entends preluder le vin de mes vingt ans
II souffle un vent ici qui vient des temps d'antan6
Mourir dans les cheveux de la statue equestre
La ville comme un c?ur s'y ouvre a deux battants.
Sachant qu'il faut perir les garcons de mon age
Mirage se leurraient d'une ville au ciel gris
Nous derniers-nes d'un siecle et ses derniers conscrits
Les pieds pris dans la boue et la tete' aux nuages
Nous attendions l'heure H en parlant de Paris.
Quand la chanson disait tu reverras Paname8
Ceux qu'un ?illet de sang allait fleurir tantot
39

Quelque part devant Saint-Mihiel ou Neufchateau9
Entourant le chanteur comme des mains de flamme
Sentaient fremir en eux la pointe du couteau.
Depuis lors j'ai toujours trouve dans ce que j'aime
Un reflet de ma ville une ombre dans ses rues
Monuments oublies passages disparus
J'ai plus ecrit de toi Paris que de moi-meme
Et plus qu'en mon soleil en toi Paris j'ai cru.
Afin d'y retrouver la photo de mes songes
Si je frotte mes yeux que le passe bleuit
Ainsi que je faisais a l'ecole a Neuilly
Un printemps y fleurit encore et se prolonge
Et ses spectres dansants ont moins que moi vieilli.
C'est Paris ce theatre d'ornbres que je porte
Mon Paris qu'on ne peut tout a fait m'avoir pris
Pas plus qu'on ne peut prendre a des levres leur cri
Que n'aura-t-il fallu pour m'en mettre a la porte
Arrachez-moi le c?ur vous y verrez Paris10.
C'est de ce Paris-la que j'ai fait mes poemes
Mes mots ont la couleur etrange de ses toits
La gorge des pigeons y roucoule et chatoie
J'ai plus ecrit de toi Paris que de moi-meme
Et plus que de vieillir souffert d'etre sans toi
Plus le temps passera moins il sera facile
De parler de Paris et de moi separes
Les nuages fuiront de Saint-Germain-des-Pres
Un jour viendra comme une larme entre les cils
Comme un pont Alexandre-Trois bleme et dore.
Ce jour-la vous rendrez voulez-vous ma complainte
A l'instrument de pierre ou mon c?ur l'inventa
Peut-on deraciner la croix du Golgotha
Ariane" se meurt qui sort du labyrinthe
Cet air est a chanter boulevard Magenta.
Une chanson qui dit un mal inguerissable
Plus triste qu'a minuit la place d'Italie

стр. 1
(всего 13)

СОДЕРЖАНИЕ

>>