<<

стр. 8
(всего 13)

СОДЕРЖАНИЕ

>>

cette elegie, ecrite sous l'effet d'une deprimante servitude.
LAS, OU EST MAINTENANT...
Las, ou est maintenant ce mepris de Fortune ?
Ou est ce c?ur vainqueur de toute adversite,
Cet honnete desir de l'immortalite,
Et cette honnete flamme2 au peuple non commune?
Ou sont ces doux plaisirs, qu'au soir sous la nuit brune
Les Muses me donnaient, alors qu'en liberte
Dessus le vert tapis d'un rivage ecarte
Je les menais danser aux rayons de la Lune?
Maintenant la Fortune est maitresse de moi",
Et mon c?ur qui soulait4 etre maitre de soi,
Est serf5 de mille maux et regrets qui m'ennuient.
De la posterite je n'ai plus de souci,
Cette6 divine ardeur, je ne l'ai plus aussi7
Et les Muses, de moi, comme etranges8 s'enfuient*.
Les Regrets (1558).
Примечания:
1. То безразличие к Фортуне, которое я питал прежде. Дю Белле поехал в Рим
вместе со своим кузеном, назначенным послом к папе. 2. Жажда поэтической славы.
"Honnete " = honorable. 3. Я уже не принадлежу себе, я подвластен случаю. 4. Было
привычно. 5. Раб. 6. Тот былой божественный пыл. 7. Nous disons aujourd'hui: non
plus, pour reprendre une expression negative anterieure. 8. Как чужестранки, как чужие.
Вопросы:
* Montrez la perfection, deja toute moderne, exemple) et le rythme quaternaire, si
expressif, du dernier verse.
273

JEAN DE LA FONTAINE
(1621-1695)
LONGTEMPS on se le figura sous les traits d'un ingenu, d'un reveur, d'un naif
egare sur notre planete. Il etait le "bonhomme"... Aujourd'hui, on se defie de
cette legende: et l'on n'a pas tort, au moins en ce qui concerne le poete
proprement dit. Car, comment imaginer que tant de distraction se fut conciliee
avec tant d'art?
LA JEUNE VEUVE
La perte d'un epoux ne va point sans soupirs,
On fait beaucoup de bruit; et puis on se console;
Sur les ailes du temps la tristesse s'envole,
Le temps ramene les plaisirs.
Entre la veuve d'une annee
Et la veuve d'une journee
La difference est grande; on ne croirait jamais
Que ce fut la meme personne;
L'une fait fuir les gens, et l'autre a mille attraits.
Aux soupirs vrais ou faux celle-la s'abandonne;
C'est toujours meme note et pareils entretiens;
On dit qu'on est inconsolable;
On le dit, mais il n'en est rien,
Comme on verra par cette fable,
Ou plutot par la verite.
L'epoux d'une jeune beaute
Partait pour l'autre monde. A ses cotes, sa femme
Lui criait: "Attends-moi, je te suis; et mon ame,
Aussi bien que la tienne, est prete a s'envoler."
Le mari fait seul le voyage.
La belle avait un pere, homme prudent et sage;
Il laissa le torrent couler.
A la fin, pour la consoler:
"Ma fille, lui dit-il, c'est trop verser de larmes:
Qu'a besoin le defunt que vous noyiez vos charmes?
Puisqu'il est1 des vivants ne songez plus aux morts.
274

Je ne dis pas que tout a l'heure
Une condition meilleure
Change en des noces ces transports2;
Mais, apres certain temps, souffrez qu'on vous propose
Un epoux beau, bien fait, jeune, et tout autre chose
Que le defunt. - Ah! dit-elle aussitot,
Un cloitre est l'epoux qu'il me faut."
Le pere lui laissa digerer sa disgrace.
Un mois de la sorte se passe;
L'autre mois, on l'emploie a changer tous les jours
Quelque chose a l'habit, au linge, a la coiffure:
Le deuil enfin sert de parure,
En attendant d'autres atours;
Toute la bande des amours
Revient au colombier; les jeux, les ris3 la danse,
Ont aussi leur tour a la fin;
On se plonge soir et matin
Dans la fontaine de jouvence4.
Le pere ne craint plus ce defunt tant cheri;
Mais comme il ne parlait de rien a notre belle:
"Ou donc est le jeune mari
Que vous m'avez promis?" dit-elle*.
Fables. VI-21 (1668).
Примечания:
1. Находясь среди живых. 2. Я вовсе не советую вам сменить немедленно проявле-
ние горя на радости нового брака. 3. Смех, веселье. 4 С утра до вечера она окуналась
в источник юности (т.е. пребывала в обществе молодых людей и дам)..
Вопросы:
* "Ce n'est ni un conte., ni une idylle, ni un poeme: ce n'est rien et c'est presque tout lia
Fontaine... Ah! ce "dit-elle", quel souvire dissimule sous le battement de l'eventail!
Delicatesse mondaine, comique parfait, un fond de philosophie rabelaisienne, un tour
d'esprit marotique, quelques paillettes de Voiture, mais des paillettes d'or, le plus tendre
coloris, le mouvement le plus vif, une grace enfin ou l'on sent toute la force (le la vie: le
genie de La Fontaine se reflete dans cette perle." (A.BELLESSORT.) Etes-vous de cet avis?
275

BOILEAU (1636-1711)
BIEN sur, BOILEAU n'est pas de ces poetes qui peuvent enthousiasmer la
jeunesse: il legifere, avec trop de rudesse, fronce volontiers le sourcil, donne
de la ferule aux maladroits; en un mot il est le Pedant...
Mais s'il n'a rien invente, s'il s'est contente de donner forme aux principes que
depuis cinquante ans les ecrivains francais appliquaient plus ou moins,
consciemment, si meme son talent personnel patit beaucoup d'etre compare
a celui de ses grands contemporains, il a su formuler avec vigueur ce besoin
qu'eprouve notre poesie d'obeir a des regles severes, de soumettre le feu de
l'inspiration au double controle de la raison et d'une technique sans defauts,
Voila pourquoi L'Art poetique (1674) demeure comme une date capitale dans
l'histoire de notre litterature.
L'ART D'ECRIRE
Il est certains esprits dont les sombres pensees,
Sont d'un nuage epais toujours embarrassees;
Le jour de la raison ne le saurait percer.
Avant donc que d'ecrire apprenez a penser.
Selon que notre idee est plus ou moins obscure,
L'expression la suit, ou moins nette, ou plus pure.
Ce que l'on concoit bien s'enonce'- clairement,
Et les mots pour le dire arrivent aisement.
Surtout, qu'en vos ecrits la langue reveree
Dans vos plus grands exces vous soit toujours sacree.
En vain vous me frappez d'un son melodieux,
Si le terme est impropre ou le tour vicieux2:
Mon esprit n'admet point un pompeux barbarisme3,
Ni d'un vers ampoule l'orgueilleux solecisme4.
Sans la langue, en un mot, l'auteur le plus divin
Est toujours, quoi qu'il fasse, un mechant ecrivain.
Travaillez a loisir, quelque ordre qui vous presse5
Et ne vous piquez point d'une folle vitesse:
Un style si rapide, et qui court en rimant,
Marque moins trop d'esprit que peu de jugement.
J'aime mieux un ruisseau qui, sur la molle arene6,
Dans un pre plein de fleurs lentement se promene,
Qu'un torrent deborde qui, d'un cours orageux
Roule, plein de gravier, sur un terrain fangeux.
276

Hatez-vous lentement, et, sans perdre courage,
Vingt fois sur le metier remettez votre ouvrage:
Polissez-le sans cesse et le repolissez;
Ajoutez quelquefois, et souvent effacez*.
Art poetique, I, vers 147-174 (1674)
Примечания:
1. Выражается. 2. Неправильный. 3. Слово, позаимствованное из другого языка.
4. Неправильный языковый оборот, не нарушающий смысла высказывания. 5 Какие
бы ни были у вас причины спешить. 6. На песке.
Вопросы:
* Recherchez les vers (ou groupes de vers) qui ont pris, pour ainsi diref force de loi.
Essayez d'expliquer pourquoi ils ont eu cette fortune.
ANDRE CHENIER (1762-1794)
DANS un siecle -plus soucieux de philosopher que de rever et ou les poetes,
adonnes a l'imitation sterile du XVIIe siecle, ne valent pas les prosateurs, c'est
lui qui soutient le flambeau des Muses. Encore paya-t-il de sa tete, sur
l'echafaud, son sens aristocratique de la Beaute. Son plus grand merite est sans
doute d'avoir su echapper au manierisme de ses modeles grecs ou latins et
sauvegarder cette fluidite, cette transparence dans l'expression qui demeurent
quelques-uns des traits les plus 'constants de la poesie francaise.
LA JEUNE TARENTINE
Pleurez, doux alcyons1! o vous, oiseaux sacres,
Oiseaux chers a Thetis, doux alcyons, pleurez!
Elle a vecu, Myrto, la jeune Tareiitine2!
Un vaisseau la portait aux bords cle Camarine :
La, l'hymen, les chansons, les flutes, lentement
Devaient la reconduire au seuil de son amant.
Une clef vigilante a, pour cette journee,
Dans le cedre4 enferme sa robe d'hymenee,
Et l'or, dont au festin ses bras seraient5 pares,
277

Et pour ses blonds cheveux les parfums prepares.
Mais, seule sur la proue, invoquant les etoiles,
Le vent impetueux qui soufflait dans les voiles
L'enveloppe. Etonnee et loin des matelots,
Elle crie, elle tombe, elle est au sein des flots.
Elle est au sein des flots, la jeune Tarentine!
Son beau corps a roule sous la vague marine.
Thetis, les yeux en pleurs, dans le creux d'un rocher,
' Aux monstres devorants eut soin de le cacher.
Par ses ordres bientot les belles Nereides
L'elevent au-dessus des demeures humides,
Le portent au rivage, et dans ce monument
L'ont, au cap du Zephyr7, depose mollement;
Puis de loin a grands cris appelant leurs compagnes,
Et les Nymphes des bois, des sources, des montagnes,
Toutes, frappant leur sein et trainant un long deuil,
Repeterent: "Helas!" autour de son cercueil.
Helas! chez ton amant tu n'es point ramenee.
Tu n'as point revetu ta robe d'hymenee.
L'or autour de tes bras n'a point serre de n?uds.
Les doux parfums n'ont point coule sur tes cheveux*.
Idylles 41786).
Примечания:
1 Поэтическое название зимородка. По преданию, дочь Эола бросилась в море и
была превращена богами в зимородка - птицу, посвященную нереиде Фетиде, став-
шей матерью Ахилла. 2. Таранто - порт в южной Италии. 3. На Сицилии. 4 Сун-
дучок из кедрового дерева. 5. Futur du passe, amene par les temps de portait, devaient
(= allaient etre pares). 6. Оцепеневшая. 7. В южной Италии.
Вопросы:
* On etudiera la couleur antique dans ce poeme, les rythmes, et la valeur de certaines
reprises, qui agissent parfois a la facon de refrains.
278

ALPHONSE DE LAMARTINE (1790-1869)
Il fut le Prince de la Jeunesse en 1820, au lendemain des Meditations. Aujour-
d'hui, l'ampleur et la chaleur de sa voix lui font tort: pour les lecteurs
essouffles que nous sommes devenus, elles ont trop longue baleine... Et
pourtant, II a revivifie le lyrisme francais, extenue depuis plus d'un siecle. Il
est d'instinct retourne a la source originelle de toute vraie poesie: le c?ur.
Aussi (comme Le Cid et Andromaque, La Nouvelle Heloise et Rene) les
Premieres Meditations sont-elles un commencement dans l'histoire des lettres
francaises.
Des pieces de ce recueil, ou l'on dirait que l'ame de Chateaubriand s'est
exprimee avec la musique de Racine, Le Lac reste ajuste titre la plus fameuse.
LE LAC
Ainsi, toujours pousses vers de nouveaux rivages,
Dans la nuit eternelle emportes sans retour,
Ne pourrons-nous jamais sur l'Ocean des ages
Jeter l'ancre un seul jour?
О lac1 ! l'annee a peine a fini sa carriere,
Et pres des flots cheris qu'elle devait revoira Regarde!
Je viens seul m'asseoir sur cette pierre2
Ou tu la vis s'asseoir!
Tu mugissais ainsi sous ces roches profondes;
Ainsi tu te brisais sur leurs flancs dechires;
Ainsi le vent jetait l'ecume de tes ondes
Sur ses pieds adores.
Un soir, t'en souvient-il? nous voguions en silence;
On n'entendait au loin, sur l'onde et sous les cieux,
Que le bruit des rameurs qui frappaient en cadence
Tes flots harmonieux.
Tout a coup des accents inconnus a la terre
Du rivage charme4 frapperent les echos,
Le flot fut attentif, et la voix qui m'est chere
Laissa tomber ces mots:
279

"О temps, suspends ton vol! et vous, heures propices,
Suspendez votre cours!
Laissez-nous savourer les rapides delices
Des plus beaux de nos jours!
"Assez de malheureux ici-bas vous implorent:
Coulez, coulez pour eux;
Prenez avec leurs jours les soins qui les devorent;
Oubliez les heureux.
"Mais je demande en vain quelques moments encore,
Le temps m'echappe et fuit;
Je dis a cette nuit: "Sois plus lente"; et l'aurore
Va dissiper la nuit.
" Aimons donc, aimons donc, de l'heure fugitive,
Hatons-nous, jouissons!
L'homme n'a point de port, le temps n'a point de rive;
Il coule et nous passons! "
Temps jaloux, se peut-il que ces moments d'ivresse,
Ou l'amour a longs flots nous verse le bonheur,
S'envolent loin de nous de la meme vitesse,
Que les jours de malheur?
He quoi! n'en pourrons-nous fixer au moins la trace?
Quoi! passes pour jamais? Quoi! tout entiers perdus?
Ce temps qui les donna, ce temps qui les efface,
Ne nous les rendra plus?
Eternite, neant, passe, sombres abimes,
Que faites-vous des jours que vous engloutissez?
Parlez: nous rendrez-vous ces extases sublimes
Que vous nous ravissez?
О lac! rochers muets! grottes! foret obscure!
Vous que le temps epargne ou qu'il peut rajeunir,
Gardez de cette nuit, gardez, belle nature.
Au moins le souvenir!
Qu'il soit dans ton repos, qu'il soit dans tes orages,
Beau lac, et dans l'aspect de tes riants coteaux,
Et dans ces noirs sapins, et dans ces rocs sauvages
Qui pendent sur tes eaux!

Qu'il soit dans le zephir qui fremit et qui passe,
Dans les bruits de tes bords par tes bords repetes,
Dans l'astre au front d'argent qui blanchit ta surface
De ses molles clartes!
Que le vent qui gemit, le roseau qui soupire,
Que les parfums legers de ton air embaume,
Que tout ce qu'on entend, l'on voit et l'on respire,
Tout dise: "Ils ont aime!"*
Meditations poetiques. (Ecrit en septembre 1817)
Примечания:
1 Озеро Бурже в Савойе, на берегах которого Ламартин в октябре 1816 встретил
г-жу Шарль, вдохновившую его на написание )того стихотворения 2 Ламартин и
г-жа Шарль договорились встретиться вновь у озера в будущем году, но г-жа Шарль
тяжело заболела и не смогла приехать в Савойю. 3 Имеется в виду скала на западном
берегу озера Бурже неподалеку от аббатства Откомб, где Ламартин сделал первые
наброски этого стихотворения 4 В этимологическом смысле' неземные звуки, ча-
рующие берега...
Вопросы:
* Etudiez: 1° les differente rythmes de ce poeme et leur rapport avec les sentiments,
2° la musicalite de certains vers (notamment dans les trois dernieres strophes)
ALFRED DE VIQNY (1797-1863)
NE nous meprenons point sur son orgueil: c'est celui d'un homme blesse par la
vie et qui cherche au fond de soi, et de soi seul, le moyen de panser son
inguerissable blessure. Pour lui, la Poesie ne saurait donc etre consideree
comme un simple artifice d'expression: elle est la Realite meme, et presque la
seule certitude en ce monde. Par la, elle libere l'Homme, ecrase ou trahi de
toutes parts, et affirme la victoire de l'Esprit, sur les forces aveugles de la
Nature...
LA MAISON DU BERGER (fragment)
Eva ', j'aimerai tout dans les choses creees,
Je les contemplerai dans ton regard reveur
Qui repandra partout ses flammes colorees,
Son repos gracieux, sa magique saveur;
Sur mon c?ur dechire viens poser ta main pure,
281

Ne me laisse jamais seul avec la Nature,
Car je la connais trop pour n'en pas avoir peur.
Elle me dit: "Je suis l'impassible theatre
Que ne peut remuer le pied de ses acteurs;
Mes marches d'emeraude et mes parvis d'albatre,
Mes colonnes de marbre ont les dieux pour sculpteurs.
Je n'entends ni vos cris, ni vos soupirs; a peine
Je sens passer sur moi la comedie humaine
Qui cherche en vain au ciel ses muets spectateurs.
"Je roule avec dedain, sans voir et sans entendre,
A cote des fourmis les populations;
Je ne distingue pas leur terrier de leur cendre2,
J'ignore en les portant les noms des nations.
On me dit une mere et je suis une tombe.
Mon hiver prend vos morts comme son hecatombe,
Mon printemps ne sent pas vos adorations." (...)
C'est la ce que me dit sa voix triste et superbe,
Et dans mon c?ur alors je la hais, et je vois
Notre sang dans son onde et nos morts sous son herbe
Nourrissant de leurs sucs la racine des bois.
Et je dis a mes yeux qui lui trouvaient des charmes:
Ailleurs tous vos regrets, ailleurs toutes vos larmes,
Aimez ce que jamais on ne verra deux fois.
Oh! Qui verra deux fois ta grace et ta tendresse,
Ange doux et plaintif, qui parle en soupirant?
Qui naitra comme toi, portant une caresse
Dans chaque eclair tombe de ton regard mourant,
Dans les balancements de ta tete penchee,
Dans ta taille indolente et mollement couchee,
Et dans ton pur sourire amoureux et souffrant?
Vivez, froide nature, et revivez sans cesse
Sous nos pieds, sur nos fronts, puisque c'est votre loi;
Vivez, et dedaignez, si vous etes deesse,
L'homme, humble passager, qui dut vous etre un roi ; Plus
que tout votre regne et que vos splendeurs vaines,
J'aime la majeste des souffrances humaines;
Vous ne recevrez pas un cri d'amour de moi*.
1844. Paru dans Les Destinees en 1864.
282

Примечания:
1 Поэт обращается к идеальной женщине. 2. Подземные ходы муравьев от люд-
ского праха. 3. Человек, который должен стать царем природы, так как он мыслит
Вопросы:
* Commentez en particulier les vers: "Aimez ce que jamais on ne verra deux fois" •- et:
"J'aime la majeste des souffrances humaines", dont Vigny disait: "Ce vers est le sens de tous
mes poemes philosophiques." (Journal d'un Poete). - Montrez aussi quel role de mediatrice
tient la femme entre le poete et la nature (cf. les premiers vers).
VICTOR HUGO (1802-1885)
DE tous nos poetes, il est le plus complet. Il s'est essaye dans tous les genres et
il y a manifeste une egale abondance, une -pareille surete. Il semblait avoir
recu tous les instruments a la fois. Et c'est vanite que pretendre decouvrir dans
cette ?uvre gigantesque le poeme qui en offre l'image la plus fidele.
Si l'on s'est arrete a une piece de vers tiree des Contemplations (1856), ce n'est
pas seulement parce que ce recueil est sans doute celui ou le genie de Victor
Hugo s'est exprime le plus completement. C'est aussi parce que ces vers, dedies
a Leopoldine, la fille ainee du poete morte dans un naufrage en 1843, ont une
simplicite qui, aujourd'hui encore, nous bouleverse.
ELLE AVAIT PRIS CE PLI...
Elle1 avait pris ce pli dans son age enfantin
De venir dans ma chambre un peu chaque matin;
Je l'attendais ainsi qu'un rayon qu'on espere;
Elle entrait, et disait: Bonjour, mon petit pere;
Prenait ma plume, ouvrait mes livres, s'asseyait
Sur mon lit, derangeait mes papiers, et riait,
Puis soudain s'en allait comme un oiseau qui passe.
Alors, je reprenais, la tete un peu moins lasse,
Mon ?uvre interrompue, et, tout en ecrivant,
Parmi mes manuscrits je rencontrais souvent
Quelque arabesque -folle et qu'elle avait tracee,
Et mainte page blanche entre ses mains froissee
Ou, je ne sais comment, venaient mes plus doux vers;
Elle aimait Dieu, les fleurs, les astres, les pres verts,
283

Et c'etait un esprit avant d'etre une femme.
Son regard refletait la clarte de son ame.
Elle me consultait sur tout a tous moments.
Oh! Que de soirs d'hiver radieux et charmants
Passes a raisonner langue, histoire et grammaire,
Mes quatre enfants groupes sur mes genoux, leur mere
Tout pres, quelques amis causant au coin du feu!
J'appelais cette vie etre content de peu!
Et dire2 qu'elle est morte! Helas! Que Dieu m'assiste!
Je n'etais jamais gai quand je la sentais triste;
J'etais morne au milieu du bal le plus joyeux
Si j'avais, en partant, vu quelque ombre en ses yeux*.
Les Contemplations (1856).
Примечания:
\. Маленькая Леопольдина Гюго, родившаяся в 1824 г. 2. Подумать только1
(используется в разговорном языке для выражения горечи, недоумения, изумления).
Вопросы:
* On comparera cette piece de vers avec quelques autres, aussi celebres, ou le poete
exprime son amour pour les enfants,
GERARD DE NERVAL (1808-1855)
LONGTEMPS considere comme un "gentil" poete plutot que comme un grand
inspire, et desservi par la folie qui embruma ses dernieres annees avant de le
conduire au suicide, GERARD DE NERVAL, depuis une vingtaine d'annees, s'est
impose comme l'un des plus importants precurseurs du lyrisme moderne et
contemporain. Par un curieux revirement, on s'est mis a redecouvrir et a aimer
ce qui precisement avait maintenu son ?uvre dans l'ombre: ce sens de l'irreel
et du fantastique, qui nous apparait aujourd'hui comme inseparable de la
notion meme de poesie.
FANTAISIE
II est un air pour qui je donnerais
Tout Rossini, tout Mozart et tout Weber1,
Un air tres vieux, languissant et funebre,
Qui pour moi seul a des charmes secrets.
284

Or, chaque fois que je viens a l'entendre,
De deux cents ans mon ame rajeunit2:
C'est sous Louis XIII... - Et je crois voir s'etendre
Un coteau vert que le couchant jaunit;
Puis un chateau de brique a coins de pierre,
Aux vitraux teints de rougeatres couleurs,
Ceint de grands parcs, avec une riviere
Baignant ses pieds, qui coule entre des fleurs.
Puis une dame a sa haute fenetre,
Blonde aux yeux noirs, en ses habits anciens...
Que, dans une autre existence, peut-etre,
J'ai deja vue -- et dont je me souviens*!
Odelettes (1831).
Примечания:
1 "II faut prononcer Webre, a l'allemande." (Note du poete). - 2. Cf. les deux derniers
vers du poeme.
Вопросы:
* Cette reminiscence, provoquee par l'audition d'un air de musique, semble annoncer
une page celebre de Marcel Proust). Comparer le lyrisme de cette piece avec celui qui se
degage des poemes romantiques de Lamartine, de Vigny, de V. Hugo, cites dans ce recueil.
THEOPHILE GAUTIER (1811-1872)
APRES avoir ete, dans sa jeunesse, l'un des plus fougueux defenseurs du
romantisme, THEOPHILE GAUTIER fut, vingt ans plus tard, un de ceux qui
contribuerent le plus efficacement a sa disparition.
Artiste epris surtout d'exactitude dans la vision et de perfection dans la forme,
il annoncait, par ces exigences mcmes, les principes qui allaient assurer le
triomphe de l'ideal parnassien'.
FUMEE
La-bas, sous les arbres s'abrite
Une chaumiere au dos bossu*;
Le toit penche, le mur s'effrite1
Le seuil de la porte est moussu.
285

La fenetre, un volet la bouche;
Mais du taudis2 comme au temps froid
La tiede baleine d'une bouche,
La respiration se voit.
Un tire-bouchon de fumee,
Tournant son mince filet bleu,
De l'ame en ce bouge4 enfermee
Porte des nouvelles a Dieu**.
Emaux et Camees (1852)
Примечания:
1. Совершенное выражение этого идеала можно найти в "Трофеях" (1893)
M де Эредиа. 2. Рассыпается, ветшает 3 Лачуга 4 Это слово, также означав!
"лачуга", но чаще употребляется в значении "вертеп", "притон".
Вопросы:
* Expliquez cette image.
** Montrez comment la qualite de la facture, la precision sans lourdeur font oublier ici
l'insignifiance du theme. - Appreciez: l'antithese sur laquelle repose la composition de
cette piece.
CHARLES BAUDELAIRE (1821 1867)
PAUL VALERY l'a souligne en termes inoubliables: il est "le plus important" des
poetes francais du XIXe siecle. Car, dans l'instant meme ou le romantisme
agonisant ne se survivait plus que grace a l'intarissable eloquence de Hugo, ou
Gautier, tournant le dos a l'Inspiration, pretendait ne plus rien cultiver que la
forme, et ou Leconte de Liste se fourvoyait parmi la peinture et la statuaire,
BAUDELAIRE faisait eclater les murs vides de l'Art pour l'Art et reintroduisait la
musique au sein de la poesie.
Et puis, il mettait a la mode tant de themes qui, apres lui, allaient etre exploites
sans fin: les parfums, les paradis artificiels, le vin, les chats, la pipe, les
assassins, les chiffonniers, les petites vieilles, - en somme tout un univers
jusqu'alors delaisse, et que sa Muse "venale et malade" osa chanter la
premiere...
L'INVITATION AU VOYAGE
Mon enfant, ma s?ur,
Songe a la douceur
D'aller la-bas vivre ensemble!
286

Aimer a loisir,
Aimer et mourir
Au pays qui te ressemble;
Les soleils mouilles
De ces ciels brouilles
Pour mon esprit ont les charmes
Si mysterieux
De tes traitres yeux,
Brillant a travers leurs larmes.
La, tout n'est qu'ordre et beaute,
Luxe, calme et volupte.
Des meubles luisants
Polis par les ans,
Decoreraient notre chambre;
Les plus rares fleurs
Melant leurs odeurs
Aux vagues senteurs de l'ambre,
Les riches plafonds,
Les miroirs profonds,
La splendeur orientale,
Tout y parlerait
A l'ame en secret
Sa douee langue natale.
La, tout n'est qu'ordre et beaute,
Luxe, calme et volupte.
Vois sur ces canaux
Dormir ces vaisseaux
Dont l'humeur est vagabonde;
C'est pour assouvir
Ton moindre desir
Qu'ils viennent du bout du monde.
- Les soleils couchants
Revetent les champs,
les canaux, la ville entiere,
D'hyacinthe2 et d'or.
Le monde s'endort
Dans une chaude lumiere.
La, tout n'est qu'ordre et beaute,
Luxe, calme et volupte*.
Les Fleurs du Mal (1857).
' 287

Примечания:
\ Стихотворение это, вероятней всего, вдохновлено Голландией (сравни Petif,
Poemes en prose - XVIII). 2. Гиацинтовый цвет, переходный от синего к
фиолетовому.
Вопросы:
* On etudiera la versification et la musique de ce poeme. - (HENRI DUPARC a compose
sur L'Invitation au Voyage, une de ses plus celebres melodies, une des rares pieces
musicales qui traduisent fidelement une ?uvre poetique.)
PAUL VERLAINE (1844 -1896)
Il buvait l'absinthe a pleins verres. Il portait la barbe hirsute et le chapeau
haut (le forme d'un vieux cocher de fiacre en goguette. Il a ete le plus execrable
des epoux. Il a eu une aventure scandaleuse avec Rimbaud. Il a connu l'hopital
et la prison. Il a fourni, en somme, un exemple assez acheve de la decheance
humaine.
Pourtant, ce pilier de cabaret a pu rivaliser en grace exquise avec Watteau. Ce
Socrate du ruisseau a, comme un enfant, tendu les bras a la Vierge Marie... Et
meme, comme on le verra par la piece suivante, ce boheme a su se rendre
maitre d'un art etrangement conscient.
ART POETIQUE (1874)
De la musique avant toute chose
Et pour cela prefere l'Impair,
Plus vague et plus soluble dans l'air
Sans rien en lui qui pese ou qui pose.
Il faut aussi que tu n'ailles point
Choisir tes mots sans quelque meprise1:
Rien de plus cher que la chanson grise
Ou l'Indecis au Precis se joint.
C'est des beaux yeux2 derriere des voiles,
C'est le grand jour tremblant de midi,
C'est, par un ciel d'automne attiedi,
Le bleu fouillis des claires etoiles !
Car nous voulons la Nuance encor,
288

Pas la Couleur, rien que la Nuance!
Oh ! la Nuance seule fiance
Le reve au reve et la flute au cor!
Fuis du plus loin la Pointe3 assassine,
L'Esprit cruel et le Rire impur,
Qui font pleurer les yeux de l'Azure
Et tout cet ail de basse cuisine!
Prends l'eloquence et tords-lui son4 cou!
Tu feras bien, en train d'energie,
De rendre un peu la Rime assagie.
Si l'on n'y veille, elle ira jusqu'ou4?
Oh! qui dira les torts de la Rime!
Quel enfant sourd ou quel negre fou
Nous a forge ce bijou d'un sou
Qui sonne creux et faux sous la lime?
De la musique encore et toujours!
Que ton vers soit la chose envolee,
Qu'on sent qui fuit d'une ame en allee5
Vers d'autres cieux a d'autres amours.
Que ton vers soit la bonne aventure
Eparse au vent crispe du matin
Qui va fleurant la menthe et le thym...
Et tout le reste est litterature*.
Jadis et Naguere.
Примечания:
1. Ибо двусмысленность слова возбуждает чувство. Как же далеко мы ушли от Ма-
лерба, Буало и Т.Готье! Обратите внимание на некоторую усложненность этих двух
строк, что является как бы проведением в жизнь излагаемых принципов.
2. Сознательно не вполне корректный с точки зрения правил оборот. 3. Остроумное,
иногда афористическое и зачастую неожиданное завершение стихотворения. Было
весьма распространено в поэзии XVII в. 4. Символ чистоты, вдохновения. Одно из
стихотворений Малларме так и называется "Лазурь". 5. Et non simplement le cou (= son
cou pretentieux, dont elle est si fiere). 6. И вновь оборот, порядок слов в котором не-
сколько сомнителен с точки зрения правил. 7 То же самое.
Вопросы:
^Montrez comment le poete associe dans cette piece conseils et exemples.
289

ARTHUR RIMBAUD (1853 -1891)
Un jour, la Poesie, tete nue, mains dans les poches, la gouaille a la bouche L
la revolte au c?ur, est descendue dans le corps d'un adolescent. D'il/
adolescent qui, a treize ans, avait tout lu, tout retenu, tout corn-pris, mais qui
au lieu d'imiter, tourna en derision les -principes chers a ses maitres et se fn
une regle du "dereglement" lui-meme. Jusqu'alors, on avait decrit ce qu'ai,
voyait ou ce qu'on ressentait: l'ideal de RIMBAUD fut de noter "l'inexprimable",
de fixer "des vertiges", de creer un univers allege de toutes les lois de la
pesanteur rationnelle et de s'exprimer en un langage direct, "accessible, lin
jour ou l'autre, a tous les sens".
Dans Ma Boheme on saisira l'un des premiers efforts accomplis par Rimbaud
pour arracher la poesie a ce qu'elle avait alors d'affecte et d'academique, et lui
rendre un peu de seve realiste, voire populaire.
MA BOHEME1 (1870)
Je m'en allais, les poings dans mes poches crevees.
Mon paletot2 aussi devenait ideal3
J'allais sous le Ciel, Muse, et j'etais ton feal4:
Oh la la5 que d'amours splendides j'ai revees!
Mon unique culotte avait un large trou.
Petit Poucet reveur, j'egrenais6 dans ma course
Des rimes. Mon auberge etait a la Grande-Ourse7.
Mes etoiles au ciel avaient un doux frou-frou8.
Et je les ecoutais*, assis au bord des routes,
Ces bons soirs de septembre ou je sentais des gouttes
De rosee a mon front, comme un vin de vigueur9;
Ou, rimant au milieu des ombres fantastiques,
Comme des lyres, je tirais les elastiques
De mes souliers blesses, un pied contre mon c?ur**.
Poesies
Примечания:
1. Моя цыганщина. Намек на то, что поэт в пору написания этого стихотворения
(1870) любил странствовать и даже бродяжничать 2 Пальто. 3. Оно настолько выно-
шено и истерто, что утратило всякую материальность. 4 Верный слуга (термин сред-
290

невекового происхождения) 5. Насмешливое восклицание 6 Мальчик-с-пальчик (из
сказки Перро), который, когда родители завели его в лес, бросал по пути белые ка-
мешки, чтобы найти обратную дорогу. 7 То есть он ночевал под открытым небом 8
Шелест, в частности, шелка. Поэт уподобляет звезды женщинам в шуршащих шелко-
вых платьях. 9. Как вино, дающее бодрость уставшему человеку.
Вопросы:
* Expliquez cette expression un peu etrange.
** Lyres et elastiques, pied et c?ur sont des termes contradictoires. Quel effet a voulu
produire le poete en les rapprochant ainsi'?
STEPHANE MALLARME (1842-1898)
QUE dire de lui, sinon qu'il fut la Poesie meme? Tres tot, il a livre le combat
essentiel: celui du Verbe s'efforcant a la traduction parfaite de l'Idee. Il a donc
triture les mots, les arrachant a leur signification banale et les reconstituant en
des amalearnes inusites, tel un harmoniste associant les sons en des accords
jusqu'alors inouis... Et s'il y a parfois quelque obscurite dans son ?uvre, c'est
qu'elle se refuse a toute mission descriptive, didactique ou meme elegiaque,
pour essayer d'atteindre, comme immediatement, l'essence meme des choses...
LE VIERGE, LE VIVACE... (1885)
Le vierge, le vivace et le bel aujourd'hui
Va-t-il nous1 dechirer, avec un coup d'aile ivre,
Ce lac dur oublie2 que hante sous le givre
Le transparent glacier des vols qui n'ont pas fui1?
Un cygne d'autrefois se souvient que c'est lui,
Magnifique mais qui sans espoir se delivre4
Pour n'avoir pas chante la region ou vivre
Quand du sterile hiver a resplendi l'ennui.
Tout son col5 secouera cette blanche agonie
Par l'espace infligee a l'oiseau qui le nie6
Mais non l'horreur7 du sol ou le plumage est pris.
Fantome qu'a ce lieu son pur eclat assigne8
II s'immobilise au songe froid de mepris
Que vet9 parmi l'exil inutile le Cygne*.
Poesies.
291

Примечания:
1. Complement d'altnbution. Le complement d'objet direct est: ce lac 2 Покрытое
льдом озеро, вероятней всего, символизирует прошлое, нереализованные стремления
напрасные вдохновения. 3. Не могут чуждаться материального. 4 Пытается, но тщег-
но, освободиться ото льда, узником которого он стал 5 Его шея - единственное, что
еще остается свободно. 6. Которая с презрением отвергает удерживающую ее ледяную
гладь. 7 Autre complement d'objet de secouera 8. Величественно утверждает
9 Который облекается, словно мантией... Le sujet du verbe est: le cygne
Вопросы:
*Montrez que, selon une remarque du critique Albert Thibaudet, la predominance des \
a la rime, developpe " la monotonie d'un vaste espace solitaire, silencieux, tout blanc de
glace dure ".
FRANCIS JAMMES (1868-1938)
Poete provincial, et plus •precisement Bearnais, FRANCIS JAMMES s'est, pendant
toute sa vie, soustrait a l'influence des cenacles parisiens. Leur preferant une
retraite semi-rustique, il a laisse s'y epanouir une ?uvre dont la fraicheur sans
appret fait un heureux contraste avec les complications souvent inutiles du
symbolisme.
PRIERE POUR ALLER AU PARADIS AVEC LES ANES
(1901)
Lorsqu'il faudra aller vers vous, o mon Dieu, faites
que ce soit par un jour ou la campagne en fete
poudroiera1. Je desire, ainsi que je fis ici-bas,
choisir un chemin pour aller, comme il me plaira,
au Paradis, ou sont en plein jour les etoiles*.
Je prendrai mon baton et sur la grande route
j'irai, et je dirai aux anes, mes amis:
Je suis Francis Jammes et je vais au Paradis,
car il n'y a pas d'enfer au pays du Bon Dieu.
Je leur dirai: Venez, doux amis du ciel bleu,
pauvres betes cheries qui, d'un brusque mouvement d'oreille,
chassez les mouches plates, les coups et les abeilles**...
292

Que je vous apparaisse au milieu de ces betes
que j'aime tant parce qu'elles baissent la tete
doucement, et s'arretent en joignant leurs petits pieds
d'une facon bien douee et qui vous fait pitie.
J'arriverai suivi de leurs milliers d'oreilles,
suivi de ceux qui porterent au flanc des corbeilles,
suivi de ceux trainant des voitures de saltimbanques
ou des voitures de plumeaux et de fer-blanc,
de ceux qui ont au dos des bidons bossues3
les anesses pleines comme des outres, aux pas casses,
de ceux a qui l'on met de petits pantalons
a cause des plaies bleues et suintantes que font
les mouches entetees qui s'y groupent en ronds.
Mon Dieu, faites qu'avec ces anes je vous vienne,
faites que, dans la paix, des anges nous conduisent
vers des ruisseaux touffus ou tremblent des cerises
lisses comme la chair qui rit4 des jeunes filles,
et faites que, penche dans ce sejour des ames,
sur vos divines eaux, je sois pareil aux anes
qui mireront leur humble et douee pauvrete
a la limpidite de l'amour eternel***.
Le Deuil des Primeveres.
Примечания:
1. Речь идет, как и в сказке Перро "Синяя борода", о золотой пыли, которую сы-
плет жаркое солнце. 2. Бродячие акробаты, ярмарочные комедианты. 3. Из-за бидо-
нов, которыми они навьючены, они кажутся горбатыми. 4. Следует понимать: как
радующая взгляд плоть юных девушек.
Вопросы:
* Le vers 3 compte 14 syllabes et le vers 4 m compte 13. Quel effet le poete tire-t-il de
cette versification un peu chaotique?
** Etudiez, la sympathie attendrie avec laquelle F. J amines decrit ici ses amis, les anes.
*** Montrez que, dans cette piece, le realisme est un des elements fondamentaux du
lyrisme.
293

PAUL VALERY (1871-1945)
II n'est pas le dernier des grands poetes francais. Mais il est peut-etre le
dernier classique de notre poesie. Car, contrairement a tant de ses contempo-
rains qui reniaient la versification traditionnelle, il n'en a point juge
insurmontables les regles les plus ardues: il les a plutot reverees comme des
barrieres protectrices contre la facilite et meme, disons le mot, contre le
prosaisme auquel n'ont echappe ni un Apollinaire, ni un Claudel.
Autre vertu: il a enrichi l'heritage mallarmeen. Apres avoir ecrit un Album de
Vers anciens, qui n'est que d'un disciple superieurement doue, il a decouvert ce
terrain, qui lui est propre, ou la son-Eerie du poete et la meditation du
philosophe se rejoignent, se confondent, ne forment plus qu'une seule et meme
faculte... Jamais, sans doute, n'avait ete porte si loin ce point de perfection ou,
a la limite, la Poesie devient Conscience de soi...
LE CIMETIERE MARIN (1920)
Ce toit tranquille, ou marchent des colombes1,
Entre les pins palpite, entre les tombes2;
Midi le juste4 y compose4 de feux
La mer, la mer, toujours recommencee!
О recompense apres une pensee
Qu'un long regard sur le calme des dieux5!
Quel pur travail de fins eclairs consume
Maint diamant d'imperceptible ecume6,
Et quelle paix semble se concevoir!
Quand sur l'abime un soleil se repose,
Ouvrages purs d'une eternelle cause,
Le Temps scintille et le Songe est savoir7.
Stable tresor, temple simple a Minerve8
Masse de calme et visible reserve,
Eau sourcilleuse, ?il9 qui gardes en toi
Tant de sommeil sous un voile de flamme,
О mon silence!.. Edifice dans l'ame,
Mais comble d'or aux milles tuiles, Toit'°!(...)
Ferme, sacre, plein d'un feu sans matiere,
Fragment terrestre offert a la lumiere,
Ce lieu" me plait, domine de flambeaux,
Compose d'or, de pierres et d'arbres sombres,
294

Ou tant de marbre est tremblant sur tant d'ombres;
La mer fidele y dort sur mes tombeaux!(...)
Les morts caches sont bien dans cette terre
Qui les rechauffe et seche leur mystere.
Midi la-haut. Midi sans mouvement
En soi se pense et convient a soi-meme12...
Tete complete et parfait diademe,
Je suis en toi le secret changement11.
Tu n'as que moi pour contenir tes craintes!
Mes repentirs, mes doutes, mes contraintes
Sont le defaut de ton grand diamant...
Mais dans leur nuit toute lourde de marbres,
Un peuple vague aux racines des arbres
A pris deja ton parti lentement14.
Ils ont fondu dans une absence epaisse,
L'argile rouge a bu la blanche espece,
Le don de vivre a passe dans les fleurs!
Ou sont des morts les phrases familieres,
L'art personnel, les ames singulieres15?
La larve file ou se formaient des pleurs.
Les cris aigus des filles chatouillees,
Les yeux, les dents, les paupieres mouillees,
Le sein charmant qui joue avec le feu,
Le sang qui brille aux levres qui se rendent,
Les derniers dons, les doigts qui les defendent,
Tout va sous terre et rentre dans le jeu16! (...)
Non, non!.. Debout! Dans l'ere successive17!
Brisez, mon corps, cette forme pensive!
Buvez, mon sein, la naissance du vent!
Une fraicheur, de la mer exhalee,
Me rend mon ame... О puissance salee!
Courons a l'onde en rejaillir vivant18!
Oui ! Grande mer de delires douee,
Peau de panthere et chiamyde19 trouee
De mille et mille idoles20 du soleil,
Hydre21 absolue22, ivre de ta chair bleue,
295

Qui te remords l'etincelante queue21
Dans un tumulte au silence pareil24,
Le vent se leve!.. Il faut tenter de vivre!
L'air immense ouvre et referme mon livre,
La vague en poudre ose jaillir des rocs!
Envolez-vous, pages tout eblouies!
Rompez, vagues! Rompez d'eaux rejouies
Ce toit tranquille ou picoraient des focs2''* !
Poesies.
Примечания:
1. Белые паруса рыбачьих лодок словно бы бродят по морю, как голуби по крыше
2. Море видится с кладбища, которое высится над ним. Имеется в виду кладбище
в Сете, родном городе Валери, расположенном в Лангедоке 3. То есть он делит день
на две равные части. 4. В смысле- упорядочивает, успокаивает, усмиряет S Море.
владение Нептуна и символ божественного покоя. 6. Море сверкает, как бриллиант
которому ювелир придает тысячи граней. - De fins eclairs est le complement (de
moyen) de consume, d'imperceptible ecume est le complement (de matiere) de diamant
7 Время замирает, как море, что мерцает и искрится, и человек, погруженный в мечту.
верит, будто сливается с реальностью. 8. Храм Минервы, богини мудрости (миф
римск.) 9. Нахмуренная вода - имеются в виду волны, подобные морщинам, которые
наводят на мысль об огромном глазе и нахмуренных бровях. 10. См. ci их 1 11. Клад-
бище, его кипарисы, мраморные надгробья, на которых золотом написаны
эпитафии.12. Высшее существо, совершенное и самодос?аточное. 13. Мыслящее с\-
щество является изменчивым элементом творения. 14 Мертвые возвращаются в вели-
кую Всеобщность. 15. Ср. А. Виньи. 16. Те в круговороте творения. 17. В го время,
когда события следуют друг за другом в отличие от недвижной Вечное! и 18 Физиче-
ская деятельность возвращает вкус к жизни человеку, растворившемуся в созерцании
19. У древних греков плащ из плотной ткани. Излюбленная одежда философов
20. Образов (идол есть образ божества). 21. Мифологическое многоголовое чудовище
На месте каждой отрубленной головы у него вырастало две новых. 22. Само-
достаточная, существующая сама в себе. 23. Змея, кусающая себя за хвост, символи-
зирует совершенный, "абсолютный" цикл-, а также вселенную. 24. Повторяющийся,
однообразный и безграничный, как молчание. 25. Возврат к образу из первого стиха
Фок - треугольный парус, устанавливаемый на передней мачте. Паруса на море по-
хожи на клюющих корм голубей.
Вопросы:
* Quel souffle humain traverse, malgre tout, cette poesie hautaine et souvent obscure?
- Citez quelques vers admirables par leur expressive harmonie.
296

GUILLAUME APOLLINAIRE (1880-1918)
CE gui reste de son ?uvre est infinie: cinq ou six poemes, pas plus. Et
pourtant, APOLLINAIRE a ranime la poesie francaise au moment ou, dans l'air
rarefie du symbolisme, elle ne risquait rien de moins que l'asphyxie...
Il n'a pas craint de revenir a la romance, voire a la complainte populaire. Il a
quelque peu verse dans la boheme, donne a l'un de ses recueils le titre peu
academique d'Alcools, s'est frotte au mouvement cubiste et y a puise le gout de
desintegrer le reel pour le reconstituer suivant un ordre plus authentique. Bref,
il a ete un grand precurseur, le novateur qui a revele a peu pres tous les
maitres mots du lyrisme contemporain.
LE PONT MIRABEAU
Sous le pont Mirabeau coule la Seine '
Et nos amours
Faut-il qu'il m'en souvienne
La joie venait toujours apres la peine
Vienne la nuit sonne l'heure
Les jours s'en vont je demeure
Les mains dans les mains restons face a face
Tandis que sous
Le pont de nos bras passe
Des etemels regards l'onde si lasse
Vienne la nuit sonne l'heure
Les jours s'en vont je demeure
L'amour s'en va comme2 cette eau courante
L'amour s'en va
Comme la vie est lente
Et comme l'Esperance est violente
Vienne la nuit sonne l'heure
Les jours s'en vont je demeure
Passent les jours et passent les semaines
Ni temps passe
Ni les amours reviennent
Sous le pont Mirabeau coule la Seine
Vienne la nuit sonne l'heure
Les jours s'en vont je demeure*.
Alcools (1913).
297

Примечания:
1. Que la nuit vienne, que l'heure sonne, je suis toujours la... 2. Dans cette strophe.
comme a successivement deux sens: 1° ainsi que cette eau; 2° deux vers plus loin, combien
lente est la vie, combien violente l'esperance.
Вопросы:
* Quelle tonalite le retour du refrain donne-t-il a ce poeme?
PAUL ELUARD (1895-1952)
Le SURREALISME, qui a pns son essor apres la premiere guerre mondiale1, avait
pour principale ambition d'etendre les conquetes de la poesie jusqu'a
l'exploration de l'inconscient. Il a ete essentiellement un mouvement, mieux,
une attitude d'esprit. Le plus expressif de ses poetes, celui en qui le
deroulement spontane de l'image se substitue le plus naturellement a la
structure logique de la pensee, est probablement PAUL ELUARD. On en jugera
par cette petite piece de vers, intitulee Le Jeu de Construction, ou la seule
recompense de la poesie semble n'etre rien d'autre que la poesie elle-meme...
LE JEU DE CONSTRUCTION (1926)
L'homme s'enfuit, le cheval tombe,
La porte ne peut pas s'ouvrir,
L'oiseau se tait, creusez sa tombe,
Le silence le fait mourir.
Un papillon sur une branche
Attend patiemment l'hiver,
Son c?ur est lourd, la branche penche,
La branche se plie comme un ver.
Pourquoi pleurer la fleur sechee
Et pourquoi pleurer les lilas?
Pourquoi pleurer la rose d'ambre?
Pourquoi pleurer la pensee tendre?
Pourquoi chercher la fleur cachee
Si l'on n'a pas de recompense?
- Mais pour ca, ca et ca*.
Capitale de la Douleur.
298

Примечания:
1. "Первый сюрреалистический манифест" Андре Бретона появился в 1924 г. В нем
автор дает такое определение нового направления: "Чистый психический автоматизм,
посредством которого предлагается выражать (...) подлинное функционирование мыс-
ли. Продиктованное мыслью при полном отсутствии контроля со стороны разума и
вне всяких эстетических устремлений"
Вопросы:
* Quel est le sens de ce dernier vers, qui est une replique a la question "Pourquoi
pleurer?". Eclairez-le a l'aide de l'avant-dernier vers.
ARAGON (ne en 1898)
ARAGON n'eut 'peut-etre, ete qu'un surrealiste parmi tant d'autres, brillamment
doue sans doute, mais incapable de -produire une oeuvre, au sens precis du
terme, si l'evenement - c'est-a-dire la guerre et l'occupation - n'avait soudain
feconde son inspiration. Alors, une foi neuve le souleva et lui dicta des pieces
patriotiques, ou la force de l'eloquence le dispute a la richesse des images.
JE VOUS SALUE MA FRANCE...
Je vous salue ma France arrachee aux fantomes1
О rendue a la paix Vaisseau sauve des eaux
Pays qui chante Orleans Beaugency Vendome2
Cloches clochers sonnez l'angelus des oiseaux .
Je vous salue ma France aux yeux de tourterelle
Jamais trop mon tourment mon amour jamais trop
Ma France mon ancienne et nouvelle querelle
Sol seme de heros ciel plein de passereaux.
Je vous salue ma France ou les vents se calmerent
Ma France de toujours que la geographie
Ouvre comme une paume5 aux souffles de la mer*
Pour que l'oiseau du large6 y vienne et se confie.
Je vous salue ma France ou l'oiseau de passage
De Lille a Roncevaux de Brest au Mont Cenis7
Pour la premiere fois a fait l'apprentissage
De ce qu'il peut couter d'abandonner un nid8.
299

Patrie egalement a9 la colombe ou l'aigle
De l'audace et du chant doublement habitee
Je vous salue ma France ou les bles et les seigles
Murissent au soleil de la diversite**.
Je vous salue ma France ou le peuple est habile
A ces travaux qui font les jours emerveilles10
Et que l'on vient de loin saluer dans sa ville
Paris" mon c?ur trois ans vainement fusille12
Heureuse et forte enfin qui portez pour echarpe
Cet arc-en-ciel temoin qu'il ne tonnera11 plus
Liberte dont fremit le silence des harpes14
Ma France d'au-dela le deluge15 Salut***.
Le Musee Grevin (1943).
Примечания:
1. Т.е. вырванная из мрака ночи и смерти, в который ее погрузила война. 2. Города
на Луаре (т.е. на "самой" французской земле). Известный канон поется на слова-
"Orleans, Beaugency, Notre-Dame de Clery, Vendome, Vendome... " 3. "Ангелус'' - мо-
литва, обращенная к Пресвятой Деве. Отсюда и название стихотворения, вероятно,
навеянное молитвой "Ave Maria". Поэт отождествляет с этой утренней молитвой пе-
ние птиц, которым они встречают приход дня, символизирующий воскрешение Роди-
ны. 4 Вне всякого сомнения: которая меня никогда полностью не устраивает, и по-
этому я всегда буду с ней в споре. 5. Как ладонь. 6. Du large: прилетающая с открыто-
го моря. 7. Т.е. с севера на юг и с востока на запад. 8. Здесь', символ отчизны 9. Aussi
bien pour... que pour...Голубка для поэта является символом доброты, кротости и, оче-
видно, песни, а орел - символом отваги 10. Qui donnent aux jours (a la vie) un aspect
merveilleux 11. Здесь имеет место резкий перенос (анжамбаман) слова Париж в сле-
дующую строку 12. Стихотворение написано в 1943 г., когда оккупация продолжалась
уже три года, поэтому поэт пишет, что его сердце трижды расстреляно 13 В фигу-
ральном смысле- свидетельница того, что гроза (война) закончилась В Библии радуга
была свидетельством об окончании всемирного потопа 14. Свобода, чье дыхание
заставляет дрожать дотоле молчавшие струны арф. 15 Франция до потопа (т.е. до
войны),.из которого она появляется вновь.
Вопросы:
* Montrez la justesse de cette image,
** Comment sont exprimes, dans cette strophe, les traits essentiels de la France?
*** De quels elements est faite la poesie de cette piece?
300

JACQUES PREVERT (ne en 1900)
TRES jeune, JACQUES PREVERT a subi l'influence du surrealisme. Il y a gagne le
gout d'une poesie liberee, parfois meme revoltee. D'ou ses frequentes coleres
contre les puissants de ce monde, contre les pouvoirs constitues. Mais, poete au
c?ur tendre, il a su souvent prendre une sorte de revanche lyrique en chantant
' des sentiments simples et purs comme l'amour, ou des etres innocents comme
les animaux et les fleurs.
POUR TOI MON AMOUR
Je suis alle au marche aux oiseaux1
Et j'ai achete des oiseaux
Pour toi
mon amour
Je suis alle au marche aux fleurs1
Et j'ai achete des fleurs
Pour toi
mon amour
Je suis alle au marche a la ferraille
Et j'ai achete des chaines
De lourdes chaines
Pour toi
mon amour
Et puis je suis alle au marche aux esclaves
Et je t'ai cherchee
Mais je ne t'ai pas trouvee
mon amour*.
Paroles (1946).
Примечания:
1. В Париже на острове Сите находятся знаменитые Птичий и Цветочный рынки
Вопросы:
* Quelle peut etre la signification de ce poemef Et dans quels vers s'exprime-t-elle plus
precisement?
301

LE CHAT ET L'OISEAU
Un village ecoute desole
Le chant d'un oiseau blesse
C'est le seul oiseau du village
Et c'est le seul chat du village
Qui l'a a moitie devore
Et l'oiseau cesse de chanter
Le chat cesse de ronronner
Et de se lecher le museau
Et le village fait a l'oiseau
De merveilleuses funerailles
Et le chat qui est invite
Marche derriere le petit cercueil de paille
Ou l'oiseau mort est allonge
Porte par une petite fille
Qui n'arrete pas de' pleurer
Si j'avais su que cela te fasse2 tant de peine
Lui fit le chat
Je l'aurais mange tout entier
Et puis je t'aurais raconte
Que je l'avais vu s'envoler
S'envoler jusqu'au bout du monde
La-bas ou c'est tellement loin
Que jamais on n'en revient
Tu aurais eu moins de chagrin
Simplement de la tristesse
Et des regrets
Il ne faut jamais faire
Les choses a moitie3*.
Histoires (1946).
Примечания:
1. Tour populaire pour: qui ne cesse pas de pleurer. 2. lie subjonctif s'explique par la
subordination a une hypothese (si j'avais su...). La langue litteraire emploie ici en general
l'imparfait du subjonctif: que cela te fit... (- irreel). 3. Две последние строчки - фран-
цузская пословица, аналогичная русской "Начал дело - доведи до конца".
302

Вопросы:
* Montrez que la poesie, ici, nait d'un recit tres simple, ou /'humour du trait final
n'empeche point de plaindre le sort malheureux de l'oiseau.
ROBERT DESNOS (1900 1945)
COMME J. Prevert, ROBERT DESNOS appartient a cette categorie de poetes qui
ont su depasser le surrealisme du debut pour se tourner vers une forme de
poesie plus accessible et meme, disons-le, plus humaine.
Temoin ces deux poemes, dont l'un fut ecrit pour les enfants et l'autre, le
dernier de tous, pour celle que Desnos aimait et a qui, de son camp de
deportation, il l'adressait comme ultime message, avant de mourir.
LE PELICAN
Le capitaine Jonathan,
Etant age de dix-huit ans,
Capture un jour un pelican
Dans une ile d'Extreme-Orient.
Le pelican de Jonathan,
Au matin, pond un ?uf tout blanc
Et il en sort un pelican
Lui ressemblant etonnamment.
Et ce deuxieme pelican
Pond, a son tour, un ?uf tout blanc
D'ou sort, inevitablement,
Un autre qui en fait autant.
Cela peut durer pendant tres longtemps
Si l'on ne fait pas d'omelette avant*.
Chantefables (1944)
Вопросы:
* En quoi consiste l'humour de ce poeme? On le comparera avec celui qui se degage de
la piece de J. Prevert intitulee Le Chat et l'Oiseau.
303

DERNIER POEME
J'ai reve tellement fort de toi,
J'ai tellement marche, tellement parle,
Tellement aime ton ombre,
Qu'il ne me reste plus rien de toi.
Il me reste d'etre l'ombre parmi les ombres,
D'etre cent fois plus ombre que l'ombre,
D'etre l'ombre qui viendra et reviendra '
Dans ta vie ensoleillee*.
Вопросы:
* Pourquoi le mot ombre est-il comme le leitmotiv de cette piece? A-t-il partout
exactement le meme sens''

XIV. Французская проза

Становление французской прозы было очень медленным, и в
средние века она не дала ни одного гениального писателя. Однако
после того, как Рабле, обогащенный и побуждаемый достижениями
гуманизма, сумел дать ей начальный толчок, в ней уже не найдете тех
"провалов", тех "пустот", что наблюдаются в истории нашей поэзии.
Можно задаться вопросом о причинах столь разительного контраста,
попытаться выяснить, почему французскую прозу характеризует такая
преемственность, идущая от писателя к писателю, между тем как
поэты появлялись лишь через значительные промежутки времени да
при этом еще какими-то странными созвездиями... Может быть, дело
в прирожденных особенностях нашей нации, более склонной к
рассудительности, нежели к созерцательности, к скепсису и иронии,
нежели к лирическим излияниям? Вполне возможно. Но, пожалуй,
справедливей будет отнести это на счет языка, который при всем его
богатстве не слишком подходит для творения поэтических неологиз-
мов и в котором строгий синтаксис практически не допускает
произвольных надуманных конструкций и крайне редко позволяет
инверсию и, наконец, в котором отсутствие тонического ударения и
природного размера навязывает версификацию даже не строгую, а
неумолимую. Как бы там ни было, но в истории французской прозы
редко встретишь безнадежные попытки, вроде тех, что предпринимал
Маларме, чтобы "сделать прозрачнее смысл людских слов", или
бунтов вроде верленовского против невыносимой монотонности
равносложных стихов. Напротив, тогда как после символизма поле
воздействия поэзии сузилось, став областью немногих посвященных,
проза продолжала свои завоевания, захватив многое из того, что
прежде принадлежало ее соседке и сопернице, и теперь нередко
эпитет поэтический может относиться к рассказу, повести, роману, а
иной раз даже и к эссе... Это богатство, эта преемственность
французской прозы отнюдь не препятствуют делению ее в соответст-
вии с тем, что вместе с Тибоде можно определить как "две сущности"
305

[1] или еще лучше как "две тональности" [2] ее, если воспользоваться
термином аббата Бремона. Ибо она существует - сосуществует - в
лоне нашей литературы в двух четко различающихся формах: проза
стройная, звучная, ораторская, прямая наследница латыни, которая
имеет блистательных представителей от Рабле до Барреса и от
Монтеня до Монтерлана, и проза подвижная, лишенная ораторских
украшений, резкая, в создании которой участвовали уже наши
моралисты и которая нашла наиболее законченное воплощение в
стиле Вольтера. И так же, как французские поэты делятся на два
направления - основной приметой одного из них является риторика,
а второго - заклинания, - наши прозаики, если говорить обобщенно,
разделяются на тех, кто рассуждает, и тех, кто анализирует, тех, кто
хочет убедить, и тех, кто довольствуется расказом или описанием...
Заметим только, что различие это, если воспринимать его буквально,
окажется даже не схематическим, а произвольным. Ведь большинство
наших великих прозаиков были писателями в полном значении этого
слова, способными выражать себя во всех регистрах. К примеру,
Шатобриан был не только пламенным защитником христианства, но и
вдохновенным поэтом, роскошным колористом и мощным симфо-
нистом а также проявил себя как мастер эссеистики, мемуаристики,
как историк. И к тому же у любой французской прозы есть некие
общие особенности. Если один остроумец сказал, что язык дан чело-
веку, чтобы скрывать свои мысли, то наши прозаики будут первыми,
кто опровергнет правоту этой остроты: какой бы ни была французская
проза, ораторской ли, аналитической, лирической или повествова-
тельной, она неизменно облекала собою мысль, как пригнанное по
росту платье облегает человека; более того, можно заявить вместе с
Мишелем Арланом, что французская проза "не инструмент, но живой
организм" [3].
Примечания:
1. "Histoire de la Litterature francaise de 1789 a nos jours" (article sur Stendhal). 2. Les
Deux Musiques de la Prose" (ed. Le Divan) 3."Anthologie de la Prose francaise" (1951,
ed. Stock)

RABELAIS (1494-1553)
Le pere de Pantagruel (1532) et de Gargantua (J534) n'est pas seulement un
humaniste de haut vol ni un des "pretres du rire", comme l'a dit Hugo; c'est
aussi un tres grand artiste, qui merite pleinement l'eloge de Chateaubriand:
"Rabelais a cree les lettres francaises."
Son genie s'exprime surtout dans sa puissance d'invention verbale: une
puissance qu'aucun ecrivain francais n'a surpassee, et qui, du reste, oblige
souvent le lecteur a recourir a une edition explicative. Mais a ce don unique il
faut joindre un mouvement et comme une joie d'ecrire, une verve, une
truculence qui conferent au style une exuberance prodigieuse. Et parfois
encore, comme dans la piece ci-dessous, un extraordinaire talent de mettre en
scene, defaire vivre sous nos yeux une tranche de la vie populaiie.
LE JUGEMENT DU FOL
A Paris, en la rotisserie du Petit-Chatelet, au-devant de l'ouvroir1 d'un
rotisseur, un faquin2 mangeait son pain a la fumee du rot et le trouvait,
ainsi parfume, grandement savoureux. Le rotisseur le laissait faire. Enfin,
quand tout le pain fut bafre3 le rotisseur happe le faquin au collet et voulait
qu'il lui payat la fumee de son rot. Le portefaix disait en rien n'avoir ses
viandes endommage, rien n'avoir du sien4 pris, en rien ne lui etre debiteur.
La fumee dont etait question evaporait par dehors; ainsi comme ainsi5
se perdait-elle; jamais n'avait ete oui que, dans Paris, on eut vendu fumee
de son7 rot en rue. Le rotisseur repliquait que de fumee de son rot n'etait
tenu nourrir les faquins et reniait8, en cas qu'il ne le payat, qu'il lui ote-rait
ses crochets9. Le faquin tire son tribart10 et se mettait en defense.
L'altercation fut grande; le badaud" peuple de Paris accourut au debat
de toutes parts. La se trouva a propos Seigny Joan le fol, citadin de Paris.
L'ayant apercu, le rotisseur demanda au faquin: "Veux-tu sur notre
differend croire ce noble Seigny Joan? - Oui, par le sambreguoy12",
repondit le portefaix.
Adoncques13 Seigny Joan, avoir14 leur discord entendu, commanda au
faquin qu'il lui tirat de son baudrier quelque piece d'argent. Le portefaix lui
mit en main un tournois philippus15. Seigny Joan le prit et le mit sur son
epaule gauche, comme explorant16 s'il etait de poids; puis le timpait17 sur la
paume de sa main gauche, comme pour voir s'il etait de bon aloi18; puis le
posa sur la prunelle de son ?il droit, comme pour voir s'il etait bien
marque. Tout ce fut fait en grand silence de tout le badaud peuple, en
ferme attente du rotisseur et desespoir du faquin. Enfin le fit sur l'ou-vroir
307

sonner par plusieurs fois. Puis en majestepresidentale, tenant sa marotte19
au poing comme si^ fut un sceptre et affublant20 en tete son chaperon de
martres'1 singesses22 a oreilles de papier, fraise a points d'orgues23, toussant
prealablement deux ou trois bonnes fois, dit a haute voix:
"La cour vous dit que le faquin, qui a son pain mange a la fumee du rot,
civilement a paye24 le rotisseur au son de son argent. Ordonne ladite cour
que chacun se retire en sa chacuniere25 sans depens26, et pour cause*.
RABELAIS. Pantagruel, Tiers Livre (1546).
Примечания:
1. Легок, прилавок. 2. Носильщик, грузчик. 3 Съеден с удовольствием. 4. Ничего,
принадлежащего ему. 5. Все равно. 6. Не слыхано, чтобы.... 7. Le possessif se rappoite
a on, pronom indefini. 8. Пригрозил. 9. Крючья, которыми грузчик подхватывает и
держит ношу (в России грузчики назывались крючниками). 10 Дубинка. 11. Любо-
пытный, охочий поглазеть. 12. Ьожба: "Кровь Господня". 13. Тогда.. 14. Apres avoir..
15. Старинная монета с изображением короля Филиппа V. 16 Проверяя. 17 Постучал
Ср. le tympanon (tambour ancien) et le tympan de l'oreille. 18. Пробы 19. Скипетр с по-
гремушками. который носил королевский шу i. 20. Здесь: напялив поглубже на голов}
21. Кунья шапка. 22. Вне сомнений, потому что это был поддельный куний мех. 23
Накрахмаленные брыжжи. A points d'orgues с широкими складками - - Le "point
d'orgue" -- музыкальный термин "фермата", означающий увеличение длительности
звука по желанию исполнителя. 24. Честно уплатил. 25. Расходятся (букв, каждый
уходит к себе). 26 Без уплаты судебных издержек.
Вопросы:
* En quoi consistent le pittoresque et le comique de ce passage? - Montrez la valeur
expressive de certaines cadences, de certaines sonorites.
LA ROCHEFOUCAULD (1613-1680)
LES moralistes francais ne se distinguent pas uniquement par une facon ameie,
sombre, un peu abrupte de juger les hommes et les choses. Ils possedent en
outre un style qui leur est propre, une ecriture qui vise a la brievete, a la
concision, a la densite, et qui semble bien avoir pour ideal d'enjeimer le plus
de sens dans le moins de mots possible.
Deja Pascal avait donne a la prose francaise la force et l'elegance, et Voltaire
pourra dire: " Le premier livre de genie qu'on vit en prose jut le recueil des
Lettres provinciales... II faut rapporter a cet ouvrage l'epoque de la fixation du
langage. "
308

Apres Pascal, LA ROCHEFOUCAULD allait porter a une perfection aigue la
phrase francaise et particulierement la maxime.
REFLEXIONS ET MAXIMES
* L'amour-propre1 est le plus grand de tous les flatteurs.
4 Nous avons tous assez de force pour supporter les maux d'autrui.
* On n'est jamais ni si heureux ni si malheureux qu'on se l'imagine.
" Si l'on juge l'amour par la plupart de ses effets, il ressemble plus a la
haine qu'a l'amitie.
* II est plus honteux de se defier de ses amis que d'en etre trompe,
* Chacun dit du bien de son c?ur, et personne n'en ose dire de son
esprit.
4 L'esprit est toujours la dupe du c?ur, f Le refus de la louange est un
desir d'etre loue deux fois. Т Les vertus se perdent dans l'interet, comme
les fleuves se perdent dans la mer.
• Les vices entrent dans la composition des vertus, comme les poisons
entrent dans la composition des remedes. La prudence2 les assemble et
les tempere3, et elle s'en sert utilement contre les maux de la vie.
• Qui vit sans folie n'est pas si sage qu'il le croit.
• La veritable eloquence consiste a dire tout ce qu'il faut, et a ne dire
que ce qu'il faut.
• La jeunesse est une ivresse continuelle; c'est la uevre de la raison. Il
y a dans la jalousie plus d'amour-propre que d'amour.
" La fortune4 et l'humeur5 gouvernent le monde*.
Maximes (1665).
Примечания:
1. Самолюбие, себялюбие. 2. La prudence = les gens prudents. 3. Укрощает, обуз-
дывает. 4. В смысле: судьба, случай. 5. Капризы настроения.
309

Вопросы:
* Commentez quelques-unes de ces formules lapidaires, en montrant ce qu'elles ont a la
fois de perspicace et d'un peu sommaire.
BOSSUET (1627-1704)
Forme a la rude ecole de la rhetorique classique et voue lui-meme
a convaincre l'auditoire qu'il haran- guait du haut de sa chaire, BOSSUET a tout
naturellement ramene la prose francaise vers ce caractere oratoire qu'elle
avait herite du latin. Mais la fougue qui le soulevait, l'imagination lyrique qui
colorait sa pensee lui ont permis de creer ce style des grands sermomiaires qui
est un des honneurs de notre litterature.
LA MORT DE MADAME1
О nuit desastreuse! o nuit effroyable, ou retentit tout a coup, comme un
eclat de tonnerre, cette etonnante nouvelle: Madame se meurt! Madame est
morte! Qui de nous ne se sentit frappe a ce coup, comme si quelque
tragique accident avait desole sa famille? Au premier bruit d'un mal si
etrange, on accourut a Saint-Cloud2 de toutes parts; on trouve tout
consterne, excep'te le c?ur de cette princesse. Partout on entend des cris;
partout on voit la douleur et le desespoir et l'image de la mort. Le roi, la
reine. Monsieur, toute la cour, tout le peuple, tout est abattu, tout est deses-
pere; et il me semble que je vois l'accomplissement de cette parole du pro-
phete: "Le roi pleurera, le prince sera desole, et les mains tomberont au
peuple de douleur et d'etonnement ."
Mais les princes et les peuples gemissaient en vain. En vain Monsieur,
en vain le roi meme tenait Madame serree par de si etroits embrassements.
Alors ils pouvaient dire l'un et l'autre avec saint Ambroise: "Sti-ingebarn
brachia, sed jam amiseram quem tenebarn: Je serrais les bras, mais j'avais
deja perdu ce que je tenais4" La princesse leur echappait parmi des
embrassements si tendres et la mort plus puissante nous l'enlevait entre ces
royales mains. Quoi donc! elle devait perir si tot! Dans la plupart des
hommes les changements se font peu a peu, et la mort les prepare
ordinairement a son dernier coup. Madame cependant a passe5 du matin au
soir, ainsi que l'herbe des champs. Le matin elle fleurissait; avec quelles
graces, vous le savez: le soir, nous la vimes sechee; et ces fortes
expressions par lesquelles l'Ecriture sainte6 exagere l'inconstance des
choses humaines devaient etre pour cette princesse si precises et si
litterales*.
Oraison funebre d'Henriette-Anne d'Angleterre (1670).
310

Примечания:
1. Мадам - титул жены младшего брата короля, носившего титул Месье. Имеется
в виду Генриетта Анна Английская, жена Филиппа, герцога Орлеанского, внезапно
умершая по невыясненной причине 30 июня 1670 г. Существовало подозрение, что ее
отравил один из фаворитов герцога Орлеанского. 2. Там находилась резиденция Ме-
сье. 3. Иезекииль,vii. 27. 4. Св. Амброзии "Надгробное слово над умершим братом его Сатирусом". 5. Отошла (в мир иной). 6. Псалмы, 102, 15: "Дни человека, как трава, как цвет полевой".
Вопросы:
* Montrez qu'il y a une sorte d'harmonie entre, le style de Bossuet et les citations qu'il
tire de l'Ecriture sainte ou des Peres de l'Eglise. - Appreciez la poesie des dernieres lignes.
LA BRUYERE (1645-1696)
A la prose majestueuse du Grand Siecle; LA BRUYERE fait succeder une forme
d'expression plus rapide, plus alerte, qui prefigure le style de Montesquieu et de Voltaire. Tout se passe comme si l'ecrivain, las de la periode trop bien
balancee de l'epoque precedente, s'appliquait a la desarticuler: la
subordination cede soudain le pas a la coordination, a la juxtaposition de
phrases courtes, pressees, serrees les unes contre les autres, dedaigneuses des
liens purement logiques pour restituer le reel dans sa multiplicite meme...
AGIS, LE DISEUR DE PHEBUS1
Que dites-vous? Comment? Je n'y suis pas '. vous plairait-il de
recommencer? J'y suis encore inoins. Je devine enfin: vous voulez, Acis,
me dire qu'il fait froid; que ne me disiez-vous: "II fait froid"? Vous voulez
m'apprendre qu'il pleut ou qu'il neige; dites: "II pleut, il neige." Vous me
trouvez bon visage, et vous desirez de2 m'en feliciter; dites: "Je vous trouve
bon visage."
"Mais, repondez-vous, cela est bien uni" et bien clair, et d'ailleurs qui ne
pourrait pas en dire autant? - Qu'importe, Acis? Est-ce un si grand mal
d'etre entendu4 quand on parle, et de parler comme tout le monde? Une
chose vous manque, Acis, a vous et vos semblables, les diseurs de phebus;
vous ne vous en defiez point5 et je vais vous jeter dans l'etonnement: une
chose vous manque, c'est l'esprit. Ce n'est pas tout: il y a en vous une chose
de trop, qui est l'opinion d'en avoir plus que les autres; voila la source de 311

votre pompeux galimatias6, de vos phrases embrouillees et de vos grands
mots qui ne signifient rien. Vous abordez cet homme, ou vous entrez dans
cette chambre; je vous tire par votre habit et vous dis a l'oreille: "Ne
songez point a avoir de l'esprit, n'en ayez point; c'est votre role; ayez, si
vous pouvez, un langage simple et tel que l'ont ceux en qui vous ne trouvez
aucun esprit: peut-etre alors croira-t-on que vous en avez.*"
Les Caracteres. De la Societe et de la Conversation (1690)
Примечания:
1. В XVII и XVIII вв. определение Phebus служило синонимом туманного, высо-
копарного стиля. 2. M'en feliciter. 3.Просто. 4. Понятым. 5. Вы об этом не подозревае-
те. 6. Галиматья, напыщенные и бессмысленные речи.
Вопросы:
* Definir Z'art du portrait chez La Bruyere, d'apres cet extrait des Caracteres Montrez
que. l'ecrivain, lui, a de l'esprit.
VOLTAIRE (1694-1778)
S il fallait chercher une illustration parfaite de la prose francaise, on lu
trouverait sans peine dans l'?uvre de VOLTAIRE. Car personne n'a manie notre
langue avec autant d'aisance et de naturel que l'auteur de Zadig (1747) et d(
Candide (1759) On peut meme affirmer que par lui elle a ete portee a l'un de
ses points de perfection. La qualite majeure du style voltairien semble etre la
nettete. Tout ce qui risque d'alourdir l'expression ou de fausser la pensee est
banni au profit de la legerete et de la limpidite. La phrase court droit au but:
elle ne s'embarrasse ni de vaine redondance, ni de fausse symetrie, ni
d'enjolivement d'aucune sorte. L'art, ici, consiste a mepriser l'artifice...
LE BUCHER
Il y avait alors dans l'Arabie une coutume affreuse, venue originaire
ment de Scythie1, et qui, s'etant etablie dans les Indes par le credit des
brachmanes2 menacait d'envahir tout l'Orient. Lorsqu'un homme marie etait
mort, et que sa femme bien-aimee voulait etre sainte, elle se brulait en
public sur le corps de son mari. C'etait une fete solennelle qui s'appelait le
bucher du veuvage. La tribu dans laquelle il y avait eu le plus de femmes
brulees etait la plus consideree. Un Arabe de la tribu de Setoc1 etant mort.
312

sa veuve, nommee Almona, qui etait fort devote, fit savoir le jour et l'heure
ou elle se jetterait dans le feu au son des tambours et des trompettes. Zadig
remontra4 a Setoc combien cette horrible coutume etait contraire au bien du

<<

стр. 8
(всего 13)

СОДЕРЖАНИЕ

>>